Le Symbole perdu – Dan Brown

Pour inaugurer les critiques sur ce blog, j’ai décidé de vous parler du dernier crime commis par Dan Brown : Le Symbole Perdu

Fraichement arrivé à Londres, connaissant déjà Anges et démons et Le DaVinci Code, dont je garde surtout le souvenir de romans efficaces mais mal écrits, c’est en langue originale que j’ai décidé de lire ce tout nouvel opus. Véritable ras de marée ici comme ailleurs, c’était des centaines d’exemplaires qui remplissaient les rayons des librairies et autres presses de supermarchés. Prenant mon courage à deux mains, c’était l’occasion rêvée pour enrichir mon vocabulaire et travailler mon anglais.

Mais voila, Le Symbole Perdu est tout simplement mauvais. Le style est encore pire que celui de ses prédécesseurs, l’histoire est exactement la même que dans Anges et Démons, et il n’y a aucun intérêt à suivre les non-péripéties des personnages. Nous retrouvons deux histoires parallèles, l’une du coté des gentils, l’autre du coté des méchants. Nous sommes plongés dans un mélange Historico-Esotérique avec d’une part la Franc-Maçonnerie au cœur des plus grands monuments des États Unis, et d’autre part une dimension pseudo scientifique avec des laboratoires secrets et des expériences frôlant le paranormal : exactement la même formule que dans Anges et Démons qui naviguait entre les Illuminatis et un accélérateur de particules.
Cela pourrait ne pas être un problème, après tout pendant 20 films James Bond vit à chaque fois les mêmes aventures, mais dans le cas du Symbole Perdu, nous avons en plus la triste impression que le roman a été écrit par un robot. Il n’y a pas d’âme, pas de surprises, les chapitres s’enchainent tels une mauvaise série télévisée, avec le petit Cliffangher qui poussera le lecteur à poursuivre.

Cela n’a pas eu l’effet escompté chez moi, et il m’a déjà fallu beaucoup de courage pour arriver là ou je me suis arrêté. Je n’ai, à priori, pas l’intention de reprendre ce livre, je préfèrerais m’atteler à quelque chose d’un peu plus sérieux et mieux écrit.

Dan Brown est un fumiste qui nous ressert sans cesse les mêmes schémas. Son dernier roman a autant de saveur qu’un plat cuisiné réchauffé et mangé froid.

Publicités


Catégories :Actualités

Tags:,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :