C'est quoi le symbolisme ?

Je me souviens que dans un précédent billet, un lecteur s’interrogeait sur ce qu’était le symbolisme dont nous parlions tout le temps. J’ai donc décidé de faire un petit billet pour tenter d’expliquer par un exemple de quoi il s’agit.

Le symbolisme, c’est la méthode consistant à exprimer une pensée, en s’appuyant de façon métaphorique ou allégorique, sur des objets, des images, ou des idées, non plus utilisés pour ce qu’ils sont, mais utilisés comme symboles pour supporter notre explication.

Voici en gros la définition que l’on m’en avait donne lorsque j’avais demandé à un ami de m’expliquer de quoi il s’agissait. Devant mon air dubitatif, cette personne s’était aussi tôt mise en quête d’un exemple, qui me permettrait de mieux appréhender cette notion en apparence complexe. Voici l’exemple qu’il me livra :

Si tu consideres l’escalier d’un hotel de luxe, tu constateras qu’en bas, donnant dans la grande salle d’accueil, l’escalier est large, permettant à beaucoup de personnes de monter au premier étage. Ses marches sont richement décorées, comme s’il fallait en mettre plein la vue. Si tu regardes l’escalier qui lui permet d’aller du 5eme au 6eme étage, il sera plus petit, plus simple, moins décoré. Enfin si tu regardes l’escalier qui arrive tout en haut, sous les toits, juste sous le ciel, celui-ci sera étroit, il grincera sous tes pas, et sera recouvert de poussière.
La majorité des gens s’arrêteront au début, là ou tout est beau, là ou cela brille, et qui ne demandera pas trop d’efforts. Ils seront contents d’évoluer dans un décor riche et luxueux. Seuls les plus courageux, ceux qui ne s’arrêteront pas sur l’apparence et qui prendront le temps, à leur vitesse, de monter toutes les marches, arriveront tout en haut, dans le vieux grenier. Et pourtant, c’est bien de cet endroit un peu plus difficile à atteindre, de la toute petite lucarne découpée dans la toiture, que la vue sur le monde sera la plus belle, que tu auras pris le maximum de hauteur sur les choses.
Tu me diras qu’il suffit de prendre l’ascenseur pour s’éviter cette peine, mais les ascenseurs ne montent jamais aussi haut que le dernier escalier de service.

Les premiers étages sont toujours plus beaux, toujours plus riches, plus séduisants, mais la vraie hauteur par rapport au monde s’acquiert par l’effort, et le refus de se contenter d’un confort trop facilement offert.

– Maintenant que tu as compris la métaphore de l’escalier et de l’hôtel, me dit-il, réfléchis à la question suivante : Ou étaient installés les domestiques, les femmes de chambre ?

– Il étaient toujours logés sous les toits, répondis-je. Leur espace privé était donc le plus petit, exigu, et difficile à atteindre, mais de là, ils avaient la plus belle vue sur le monde.

– Et qu’est-ce que cela signifie à ton avis ?

Je ne donnerai pas de réponse, car chacun, fort de cet exemple, peut poursuivre sa démonstration. En revanche, en réfléchissant à cette question, en vous appuyant sur la métaphore de l’hôtel et de l’escalier, vous serez en plein dans une methode de reflexion symbolique.

Vous connaissez des symboles maçonniques, l’équerre, le compas, le maillet et le ciseau, et d’autres. Réfléchissez à ce qu’ils évoquent chez vous, comment vous pourriez exprimer une pensée en vous appuyant sur ces objets, et vous serez en train de faire de la symbolique.

Publicités


Catégories :Non classé

Tags:,

9 réponses

  1. C’est dommage que l’exemple s’arrête à la vue sur le monde car il aurait pu monter sur le toit pour être en contact direct avec la voûte céleste.

  2. J’ai dis que je m’arrêtais la, et que je vous laissais continuer 🙂

  3. Je crains qu’un blog ou un forum ne soient pas l’endroit idéal pour échanger sur des considérations s’appuyant sur le rituel maçonnique, non pas pour des raisons de « secrets » mais parce qu’il touche à ce qui est vivant pour un maçon et abstrait pour un profane et que cela entraîne beaucoup trop de malentendus. Il faut commencer par une recherche de soi avec les outils qui sont mis à notre disposition graduellement puis simultanément dans un temple qui est la représentation du cosmos telle que se la représentaient les Anciens, c’est-à-dire avec un zénith et un nadir, un orient et un occident, un septentrion et un midi.

  4. Ah mais Stanislas, je n’ai pas dit qu’il fallait continuer cette reflexion ici ! 🙂

  5. merci de cette incitation à la réflexion.Et enrichissons
    nous de nos différences.

  6. comme d’hab il faut mettre l’eau à la bouche pour attirer le passant ou le « profane » et lui permettre ainsi de « progresser » dans la lumière mais si je suis bien vos raisonnement ce n’est pas le cas car lorsque le « profane » est « initié » IL doit se taire car la connaissance est trop belle pour la divulguer et la partager…..;quelle « tolérance » et quelle « ouverture » d’esprit……!

  7. Salut bouffon,

    C’est bien de vous corriger, mais je pense que :
    « Bande de bouffons, désolé » serait plus approprié…

    Comment êtes vous arrivés sur un site qui essaye d’échanger intelligemment ?
    Je suis sûr que vous avez autre chose que des borborygmes et des onomatopées à offrir, non ?
    Que pouvez-vous apporter aux autres ? Choisissez un domaine qui vous permettra aux autres d’apprendre qq. chose sur vous, vos convictions ou vos rêves. Vous ne prenez aucun risque, vous êtes entièrement anonyme, ha ha !

    • Je vois que les « initiés » sont intelligents et pas les autres!!!!!!!
      Je suis allé samedi à une rencontre du GO avec Monsieur le Maire de Bordeaux SVP et nous avons parler « d’accueillir l’autre ». Ce qui est étonnant c’est que « l’autre » n’a jamais été définit à chacun de se faire SA définition…… ce que je n’est pas manqué de faire. j’ai donc décidé en mon âme et conscience que l’autre c’était une « minorité » qui ne pouvait pas se faire entendre……ce qui ressemble j’espère à la définition de la pensée unique ……… je me suis donc retrouvé en un instant dans la peau de « l’autre » car j’étais entouré d’initiés ou voulant l’être……..et j’aurais bien aimé être « entendu » et « écouté » dans cette noble assemblée mais le distributeur de micro devait être « bigleux » et je n’ai donc pas émis la pensée de l’autre……..
      Comment faire? ……faut il être affilié à une loge afin de payer une cotisation? cela intéresse-t-il les « initiés »? Philippe Mouillac

      • Je pense qu’on dépasse ici l’approche de l’initié, qui est, lui-même pour l’extrême-droite par exemple, l’autre par excellence. Celui qu’on ne comprend pas, celui qu’on soupçonne d’être une menace pour soi-même, sa famille ou pour la France. Celui qui fait partie de ces qq. 40.000 personnes affiliées à la franc-mac sur les 66 millions d’habitants.

        Qu’est-ce que l’autre en effet ?
        Sur base de ce qui est dit ci-dessus, l’autre est simplement celui qui n’est pas comme nous, qui pense différemment, qui vit sur d’autres critères que nous mais qui ne porte pas atteinte à nos propres libertés.

        L’intérêt pour l’Autre est donc, dans cette optique, une curiosité seine et sereine vers le monde qui nous entoure.

        Je dois maintenant abandonner le blog, je pars pour l’étranger

        Bonnes fêtes de Pâques à tous, croyants ou non

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :