Hubert Reeves : conteur d’étoiles

Ce matin, je vous ai parlé de voyage intérieur, de descente en soi, d’introspection. Il était donc normal pour finir la journée que nous remontions rejoindre la surface de la Terre. Mais ne nous arrêtons pas en si bon chemin, continuons notre ascension et élevons nous vers les étoiles ! Ainsi notre voyage sera complet !
Hubert Reeves est un homme que j’aime beaucoup, car il est capable de nous parler simplement de choses extraordinairement complexes. Il peut nous émouvoir en nous invitant au voyage dans les étoiles et le cosmos. Plus qu’un scientifique, c’est un philosophe et un poète.

Aussi j’ai eu envie de partager avec vous ce documentaire dans lequel j’en suis sur, vous apprendrez beaucoup de choses sur le monde qui nous entoure, mais aussi sur vous même.

Publicités


Catégories :Non classé

Tags:,

7 réponses

  1. Comme j’aimerais aimer cet Hubert Reeves ! Et Michel Serres ! Et Albert Jacquard ! Et Stéphane Hessel ! Dites-moi, les jeunes : ces vieilles badernes pontifiantes ne vous fatiguent pas ? Ces vieux croutons bien-pensants vous filent vraiment le goût de vivre ? Des modèles pour vous, ces donneurs de leçons dégoulinants de bons sentiments ? Ce sont des penseurs pour la télé. Je crois que je vais me faire foutre à la porte…

  2. Ahhh la bienpensante, cet argument un peu lâche que l’on utilise pour se rassurer lorsque soi même on ne pense pas comme celui que d’autres reconnaissent comme un sage.
    Ce n’est pas parce que leurs discours sont simples, humanistes, et qu’ils croient à quelque chose qui ne te touche pas que ce sont de vieux croûtons bienpensants. 🙂
    L’humanisme est une question de caractère, de philosophie, pas une question d’âge. Cela a à voir avec la place que l’on se donne dans la société, et le regard que l’on porte sur l’autre, c’est tout, enfin je crois…

  3. Participez à l’action car Hubert ne se contente pas dee parler depuis une tour ‘ivoire !

    Tout soutien et/ou participation volontaire à l’action humaniste de Hubert REEVES – et de l’association qu’il préside – bienvenus soit sur Facebook https://www.facebook.com/pages/Humanité-et-Biodiversité/292947050771728
    soit là http://www.humanite-biodiversite.fr
    ou aux deux endroits

  4. Bonjour Guizmo !
    Qualifier de “lâche”- comme vous le faites dès le début de votre réplique – l’argument de celui avec qui vous n’êtes pas d’accord, montre illico les limites de la tolérance ; et plus encore l’importance du travail qui reste à faire, à vous comme à moi, pour renforcer la Chaîne d’Union des gens sincères.
    Je suis assez d’accord avec votre approche de l’humanisme, idéal qu’on n’a jamais fini de définir dans ses implications concrètes. Je continue à penser que l’expression d’un avis différent de la doxa dominante fait partie des privilèges de l’humanisme en question. Et non une lâcheté.
    “Lâche” Libéro ? Il va se remettre devant son miroir. Ceci étant – et par respect pour ce site – je ne posterai désormais que des choses gentilles pour tout le monde. Enfin, je vais essayer.

  5. Libero, ne lançons pas la première dispute sur ce blog. J’ai pris soin de rajouter un smiley pour te montrer que j’étais dans la plaisanterie. Ne m’en tiens pas rigueur, il n’y avais aucune agressivité dans mon message, vraiment aucune. Je suis désolé si tu l’as mal pris, et je m’en excuse.
    En revanche, il est vrai que la bienfaisance, comme la morale, sont des choses qui sont souvent condamnées rapidement, je ne dis pas ca pour toi, mais c’est une attitude que j’ai souvent croisée sur les forums, et je n’arrive pas a comprendre pourquoi.

  6. Merci @Guizmo pour votre fraternelle réponse. De “dispute”, il n’y aura de ma part que celle de la “disputatio” au sens noble et traditionnel du terme : argument contre argument. C’est la définition même de la liberté de l’esprit.
    Je partage votre malaise quant aux condamnations souvent navrantes de la “bienfaisance” ou de la “morale”. Voilà une interrogation qui devrait s’inscrire davantage au coeur de la réflexion maçonnique. Car il s’agit là, non de notre relation idéale au Ciel de la Perfection, mais de celle effective et concrète avec autrui. Sur les forums comme ailleurs, les gens – y compris des initiés – se balancent à la figure des mots non préalablement définis. Quelle attitude réelle par rapport à l’autre j’engage dans mon comportement quand je prétends agir par “bienfaisance” ? Ou par “morale” ? On sait que “respecter” les femmes – autre exemple – ne se concrétise pas de la même manière selon les cultures. Ni même d’ailleurs selon les obédiences…
    Rien à voir : sur son blog (“La République des Livres”) Pierre Assouline met aujourd’hui en ligne un article qui peut intéresser certains initiés : “On a trouvé de la métaphysique sous les jardins à la française.” Je laisse découvrir. Cordialement à vous.

  7. Bon, je suis un « jeune », et comme je me sens concerné par le sujet et les appels du pied à ma catégorie d’âge, j’interviens. Tout d’abord, je ne saisis pas le parallèle qui est établi entre Hubert Reeves et la bien-pensance… On a là un scientifique qui fait un véritable travail de pédagogie quant à sa discipline. Or j’adore les pédagogues. Donc j’adore Reeves dont je viens de terminer le visionnage de la petite vidéo proposée (et qui doit dater, vu la tête de Frédéric Lenoir et du Mac portable 😉 ). Quant aux autres, on cite ici Jacquard et Hessel, personnellement j’ajouterais Morin, moi, je trouve qu’ils font leur taf. Bien-pensance ou non, limite, on s’en fout. Ils font leur taf de « vieux », à savoir faire leur possible pour nous transmettre leur sagesse tirée de leur expérience de la vie. Libre aux « jeunes » d’en faire ce qu’ils veulent, eux seuls en sont les dépositaires. Comme dit Reeves, d’un point de vue astrophysique, du chaos est né l’ordre (ça rappellera quelque chose à certains), mais cet ordre est constamment en mouvement, plus précisément en extension. Longtemps on a cru qu’il était statique et immuable, puis on a prouvé que c’était faux. Nos « vieux » viennent faire un travail de témoignage de l’ordre qu’ils ont connu et peuvent également commenter voire proposer des orientations. Mais la majorité de ceux dont on parle (si ce n’est pas tous) répète à tue-tête que c’est à nous les « jeunes » de « faire », plus à eux. Je trouve qu’ils restent à leur place et ne sont pas invasifs. Ils sentent le crépuscule arriver, et avec humilité nous partage leur sagesse. Après, qu’on aime ou pas… Peu importe ! Transmettre et admettre que les choses ne dépendent plus de nous. En soi, une fin stoïcienne remarquable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :