L'islamisme radical comment faire face?

Voici un sujet qui a été traité hier dans l’émission Le Téléphone sonne, sur France Inter, présentée par Pierre Weill.  Je vous propose de la réécouter aujourd’hui.

Publicités


Catégories :Non classé

Tags:,

26 réponses

  1. L’islamisme radical (pléonasme, non ?) est-il vraiment un problème en France, ou bien est-ce le fait de médiatiser cette thèse qui, à force de lente mais obstinée rabâchage, le fera en devenir un ? Cette question est rhétorique…

  2. Encore un sujet qui fume et qui fâche !

  3. Bonjour

    Pardonnez peut-être mon manque de discernement, Mais en lisant le commentaire de Tao je me demandais si le « (pléonasme, non?) » était mariniste, ironique ou autre chose ?

    Sinon belle émission permettant d’entre-apercevoir le désarrois d’un Imam face à une misère morale dont il ne possède pas la clef.

    • Le «  »pléonasme, non ?) » était ni mariniste, ni ironique, il était sincère quand on s’applique à utiliser les bons termes. Une personne de l’extrême droite aurait plutôt dit « L’islam radical (pléonasme, non ?) ». Or ce n’est pas ce que j’ai écrit. J’ai écrit « islamisme » qui est par essence radical. D’où l’interrogation rhétorique. C’est comme si on disait « lefébvrisme radical ». Permettez-moi de me gausser, quand même…

      Je noterai au passage la démocratisation de cette expression puante de « mariniste » qui rend grâce à Marine Le Pen, laquelle a réussi son coup marketing en faisant oublier qu’elle était du « Front National ». Parenthèse fermée.

      • Ah … mariniste … pour être plus précis, il faudrait dire marioniste : son vrai nom est effectivement Marion (Anne Perrine) Le Pen. Mais bon, Marine, ça fait mieux pour faire des slogans – notamment.

  4. Ou marionnettiste ?

  5. « J’ai écrit « islamisme » qui est par essence radical »

    Ok… comme christianisme qui est par essence intégriste alors ?

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Islamisme

    Pour mesurer l’inanité de ce genre de propos…

    Bonne journée !

    • Le christianisme est le nom d’une religion, comme l’islam.
      L’islamisme, bien que la terminaison du mot soit la même, est l’application de préceptes de l’islam (avec divers degrés d’interprétation) notamment à la politique.
      En faisant un parallèle, c’est un peu à l’Islam ce qu’est pour le catholicisme le « mouvement de pensée » représenté par Christine Boutin.
      Les deux sont aussi radicaux dans ce qu’ils entendent faire car ils appliquent des règles religieuses dans leur politique en l’imposant à tous, faisant fi des croyances / non croyances de certains. Ils sont notamment radicaux à la vue du précept de laïcité de 1905 spécifique à la France.

  6. Vous avez écouté l’émission Mathieu ?

    Parce qu’on ne parle pas de doux religieux illuminés là, mais de déséquilibrés en guerre contre l’occident !

    Dire que ces gens là (quelque dizaines) c’est du pareil au même que les autres « islamistes » (infiniment plus nombreux), c’est tout simplement irresponsable…

    Quand au « marinisme » plus tôt cela deviendra aussi péjoratif que le « lepenisme » mieux ce sera.

  7. Wikipedia, c’est pas trop mal, quand on veut se lancer dans la découverte d’un sujet… On défriche vite fait, et on court acheter un ouvrage de référence… Cependant, quand on lit l’article sus-cité, on s’aperçoit qu’il va complètement dans mon sens : il y a une religion, l’Islam, pourvue d’un courant (entre autres) par essence radical nommé islamisme… Je ne vois donc pas en quoi mon propos est porteur de vide, de futilité ou d’inutilité, tous trois synonymes de d’inanité…

    Après, libre à chacun de différencier les radicaux « gentils » des radicaux « méchants »… Les fondamentalistes et traditionalistes de tous bords sont à mettre dans le même sac ! En France on a Civitas, les Camelots du Roy, et on avait encore Dies Irae en 2010 à Bordeaux… Eux sont en guerre contre les Juifs et tout ce qui n’est pas blanc et ne va pas à la messe… Ils s’entrainent (combat, tir…) dans des camps para-militaires avec d’anciens paras français au moment où nous parlons. Mais eux, on n’en parle pas chez Pernault à 13h. Alors éteignez vos télés (surtout quand c’est pour les brancher sur TF1) et même si France Inter est ma radio, passez sur FIP ou Nova quand elle diffuse ce genre d’émissions pour le coup pleines d’inanité ! Ces groupuscules sont potentiellement dangereux, parce qu’ils pourront faire du mal ponctuellement et localement. Il y en a toujours eu. Cessons de stigmatiser l’Islam. Faites-vous un kif : prenez les unes de journaux papier et TV depuis septembre. Au quotidien. Et vous verrez s’il n’y a clairement pas un angle d’approche de « l’actualité » en ce moment…

  8. Vous êtes un sophiste Tao.

    Je m’arrête là.

  9. Cessons d’accepter que les superstitieux – quels qu’ils soient – stigmatisent la liberté de penser en dehors des religions. La France est bien sûr le pays qui cumule toutes les tares du monde. Mais nous n’avons pas mis fin à la domination, parfois sanguinaire, des religieux chrétiens pour subir désormais celle de tarés d’une autre confession. Qu’ils arrêtent de stigmatiser notre laïcité.

  10. Deux mondes s’affrontent, le français avec sa laïcité et un musulman et sa religion qu’il veut au coeur de sa vie en permanence, incompréhension des deux côtés évidement, mais le souci étant les extrêmes, qu’elle qu’ils soient. Ils déforment tout.

  11. Celui qui déforme tout n’est pas celui qu’on croit. Renvoyer dos à dos “le français avec sa laïcité et un musulman et sa religion” – pour les noyer l’un et l’autre dans l’eau sale de l’extrémisme – est une attitude malhonnête. La laïcité n’est pas une religion. Le laïc (contrairement au “laïcard” qui n’est qu’une caricature de faux laïc) accepte la religion musulmane, pour autant qu’elle reconnaît le droit de croire au Ciel autrement, ou de ne pas y croire. La question est de savoir où sont les musulmans qui veulent jouer ce jeu politique de la tolérance religieuse.
    “[Le] français avec sa laïcité” est par ailleurs une expression très méprisante ; elle montre que ceux qui interviennent ici ne sont pas tous des humanistes. Le droit à la caricature (même des idées – comme celle de laïcité) impose aux Maçons, et aux hommes honnêtes, le devoir de faire respecter de devoir de vérité.

  12. Je ne renvoie pas le français avec sa laïcité et un musulman et sa religion dans l’extrémisme ! Au contraire ! une religion n’est pas l’extrême. Nombre de musulmans sont désolé d’être comparés aux fanatiques religieux ….et d’être montré du doigt.
    J’espère n’avoir blessé personne, si j’ai « caricaturé » c’est bien sympa par rapport à ce que l’on peut trouver sur le web (hum hem) Quant à savoir si je suis humaniste, je répondrais que je suis humain, avec tout ce que ça comporte. (je suis pas le meilleur.

  13. Comment ne pas se faire une fausse image de la culture musulmane, alors qu’hier encore, je suivais un couple qui s’achetait le dernier iPhone dans un magasin de Bruxelles. Lui, 25 ans, barbe de 3 jour à la mode, veste sport, jeans et basket s’adressant en arabe à sa femme ? sa sœur ? sur un ton qui ne laissait pas de doute sur son autorité d’homme.
    Elle, habillée en hijab noir intégral (sauf le visage, vu que c’est interdit en Belgique), résignée mais plus à même de remplir les documents que son mari (ou son frère ?).
    J’ai ressenti une profonde disparité entre ces deux personnes, alors que dans la rue se promènent des femmes arabes habillées comme nous, et certaine même sans le voile.
    Ce sont des gens comme ce couple qui sortent de la norme (de notre norme) en donnant une image stigmatisante de leur culture. Ils ne sont qu’une minorité, mais on ne voit qu’eux.

  14. @yaka
    Merci pour ton commentaire, tout en prudence. Surtout, c’est du vécu, du réel ; pas de l’abstraction idéologique. Pour nous aider à avancer, pourrais-tu nous préciser ce que tu entends par “notre norme” ? Et ce que tu mets derrière “une image stigmatisante de leur culture [musulmane]” ? Et puis, comme c’est le week end – et qu’on me dit que l’Hexagone et les environs grelottent – nous gratifierais-tu d’un dessin dont tu as le secret ; avec une bonne caricature du Prophète pour qu’on rigole un peu ?

  15. Libéro :
    notre norme : les femmes ne sont pas contraintes à se cacher le corps pour ne pas offenser un dieu quelconque ou pour éviter que les autres hommes aient des pensées impures en les regardant. C’est, pour moi, de l’hypocrisie pure entretenue par des maris jaloux. Qu’ils apprennent (ces hommes radicaux) à regarder les femmes avec respect, même si elle sont au trois-quart nues ou que leurs cheveux flottent au vent, même si elle ne sont pas musulmanes. Mais ici aussi tout est dans l’éducation, nous n’avons pas les mêmes critères de valeurs et ils ne peuvent pas comprendre que nous ne les comprenons pas (tordu, hein! ).
    Je suis opposé à cette forme de discrimination, tant pour les épouses contraintes que pour les bonnes sœurs en couvent.
    L’image stigmatisante est celle que j’ai eu en voyant cette jeune femme ; j’ai pensé encore une pauvre fille qui restera cloitrée toute sa vie.
    Pour ce qui est d’une caricature, cela ne m’inspire pas des masses, je pense que beaucoup de dessins ont déjà été réalisés à ce sujet. Et puis représenter ce que l’on ne peut pas représenter, c’est comme essayer de dessiner un courant d’air dans une tempête.

  16. Sur le fond, je pense pareil : en quoi ces femmes sont libres ? Mais cette discussion me dérange quand même, parce que jamais il n’est question de dialogue. On ne parle de l’autre qu’en le dénigrant avec des propos ethnocentrés qui n’amèneront jamais qui que ce soit à bouger de position. Ça me fait penser à ma grand-mère pour qui aller au cinéma, au théâtre, au restaurant ou en vacances est tout bonnement in-con-ce-va-ble ! Pourquoi ? Parce qu’il y a le jardin à bêcher, les poules et les lapins à nourrir, etc… La première idée est de se dire : « Mais elle est débile ou quoi ? Elle a rien compris au fait que la vie, c’était aussi (surtout ?) prendre du plaisir ?! A 78 ans, pourquoi elle passe pas moins de temps à bosser, elle qui a jamais (jamais !) connu le repos ? » Question de culture ! Et pourtant, tout ça, je le pense !!! Mais je respecte ses choix de vie, sa vision de la vie, du quotidien, même si je ne le comprendrai jamais complètement.

    Ce débat, sous des couverts de vertu (sincère !) commence à sentir mauvais de l’odeur de l’ethnocentrisme toujours plus ou moins teinté de xénophobie… Ne vous y trompez pas, je pense comme vous. Je ne me permettrai cependant pas de réagir comme vous… Lisez « L’approche inter-culturelle » de Margalit Cohen-Emerique, vous comprendrez ce que je veux dire…

    Et ceci n’était pas une leçon de morale. C’était un avis subjectif. Le mien.

  17. Elle me plaît bien ta grand-mère @Tao ! Elle me renvoie au milieu d’où je sors. Fraternité de classe peut-être. Et lorsque tu écris : “ Ce débat, sous des couverts de vertu (sincère !) commence à sentir mauvais de l’odeur de l’ethnocentrisme toujours plus ou moins teinté de xénophobie…”, on est quand même bien content que tu précises que “ceci n’était pas une leçon de morale.” Les chiens ne faisant pas des chats, on pige que ta mémé – comme jadis la mienne – gardait ses sacs à patates pour ses patates ; et pas pour habiller ses filles. On te comprend parfaitement @Tao : ce sont nos vieilles patates idéologiques occidentales qui sentent le moisi. La démagogie est une idée neuve aujourd’hui en Europe. Faut multi-cultiver ça. Quant au dialogue, ton détecteur de mauvaises odeurs, @Tao, me paraît un bon garant de la sérénité des débats à venir ; ici et ailleurs.

  18. Attention à la pente sur laquelle on s’engage, l’ethnocentrisme est un terme connoté, il sous entend que les valeurs auxquelles nous nous référons seraient équivalentes à des coutumes locales. Nos valeurs, qui ont inspiré la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (vous noterez les majuscules), sont universelles et n’ont aucunes références ethniques. Il n’y a aucune raison de céder au relativisme culturel en la matière parce qu’il ne s’agit pas de cela, les valeurs humanistes auxquelles nous nous référons transcendent notre culture judéo-chrétienne, à qui nous les avons imposées et doivent s’imposer à n’importe quelle autre culture particulière, au moins en Europe. Il me semble donc, que la juste mesure est dans l’affirmation ferme de ces valeurs et le combat pour qu’elles s’imposent dans l’espace publique. Tout le reste est sophisme et rhétorique.

  19. Personnellement, j’ai une très forte croyance, profondément ancrée en moi, c’est que les préceptes de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme devraient être appliqués à chacun des êtres humains vivant sur notre planète ! Je ne reviendrai jamais là-dessus…

    MAIS ! Entre mes convictions personnelles (construites à la fin du XXe siècle dans une culture occidentale européenne avec un fort héritage judéo-chrétien) et l’inatteignable « Vérité Universelle », je reste persuadé qu’il faut tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant d’affirmer qu’elles se valent…

    L’Universalisme de la Nature ? Oui ! Mais en culture, il n’y a que le différentialisme qui se vérifie. Il faut donc essayer d’adopter des points de vue émiques chaque fois que l’on aborde des questions de culture. Et qui dit émique, dit non-ethnocentré.

  20. “Je ne reviendrai jamais là-dessus…” : c’est avec ce genre de crispation dogmatique chevillée à l’esprit que le Frère Jules Ferry justifiait la propagande colonialiste française et sa violente mise en oeuvre, hors du Temple. Faut-il adopter la position « émique » pour ne pas le stigmatiser au nom d’un point de vue qui s’est déjà déplacé et n’est donc plus le sien ? Il n’y a pas si longtemps, un certain Kémi Séba et son mouvement Tribu Ka, allait faire le coup de poing contre les feujs du Marais ; en braillant contre les Droits de l’Homme…blanc. Les vidéos sont sûrement encore sur la Toile. Je veux bien “émiquer” mais pas me faire niquer. Les choses ne sont certes pas simples. Je pense que tu as raison, @Tao, de passer par la case anthropologie. Mais je crois aussi que tu es – que vous êtes tous très souvent mes Chéris – dans la “moraline” (tu lis Nietzsche me semble-t-il) ; la grande douche sado-chrétienne qui doit nous laver de notre essence occidentale coupable forcément coupable. Je rêve d’une Maçonnerie du désengagement” ; d’une Loge pour prendre du recul. D’une fraternité consciente de la nécessité de construire entre les Hommes, des modalités nouvelles d’apaisement devant les inévitables rapports de forces qui nous rongent. Malheureusement, les métaux des superstitions et du sociétalisme ne restent pas à la porte du temple. Les bobos sont dans la place. Et les gogos aussi.

  21. C’est pas faux, ce que tu dis sur Jules Ferry dont je ne suis vraiment pas un fan à une époque où on en appelle à lui constamment… Rien ni personne ne sait ce que l’avenir nous réserve, et on peut en effet parfois se surprendre soi-même, mais malgré ma taille de pierre (brute), je crois malheureusement pouvoir maintenir, à cet instant T, ce « Je ne reviendrai jamais là-dessus… »

    Kemi Seba : tout un programme ! J’ai suivi son parcours de très près, de la Tribu Ka jusqu’au MDI et à son actuelle radio sénégalaise (puisqu’il vit là-bas maintenant…) en passant par sa conversion à l’Islam en prison et à son adhésion au New Black Panther Party… Bref, il s’égare un peu partout, quoi… Ce mec qui se revendique « ethno-différentialiste » en invoquant Levi-Strauss (un Juif : lol) n’a rien compris ! L’ethnologue prenait la définition sociologique de « ethno- » (proche de culture) quand l’autre débile le prenait au sens courant de « couleur ». Ceci venait justifier la ségrégation « ethnique » qu’il imposait dans ses réunions avec les « leucodermes » (Blancs de peau)… Bref, je refuse, en connaissance de cause, de considérer les dérives fascistes et sectaires d’un illuminé comme argument contre le positionnement inter-culturel.

    Je n’ai jamais lu Nietsche et connais très mal sa pensée. Je lis et j’écoute surtout Michel Onfray qui en parle à tire-larigot, mais rien de plus. En tout cas, loin de valider toutes les dérives, je maintiens que l’adoption d’un point de vue auss émique que possible sur toutes les questions de culture est une condition sine qua non à une conversation apaisée, constructive et pertinente.

  22. @Tao
    De par ses origines sociales et culturelles, Michel Onfray est mon frère. Politiquement, c’est plus compliqué. Il parle bien de Nietzsche ; c’est de l’oxygène pour l’esprit. Nietzsche se lit facilement ; aucun obscurantisme conceptuel comme chez Hegel ou Kant par exemples. Mais rien ne vaut un petit pèlerinage aux sources. Prends un jour le temps de lire “Le Gai Savoir”. Pour te mettre l’eau à la bouche, je te recopie l’épigraphe que Nietzsche a rédigée en exergue à son livre (et prétend avoir “écrit au-dessus de sa porte”) : “J’habite ma propre maison ; Jamais je n’ai imité personne ; Et je me ris de tous les maîtres ; Qui ne se moquent pas d’eux-mêmes.”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :