De l'héritage de la foi

On dit toujours qu’il ne faut pas décevoir sa maman, alors quand celle-ci nous sert sur un plateau un très bon sujet pour un article de blog, il faut en profiter ! Ce week-end, j’étais en famille, et au cours de la discussion, nous avons abordé les questions de la foi, et de l’héritage de celle-ci.
En effet, c’est très souvent que des enfants adoptent naturellement la religion de leurs parents, sans forcément se poser la question de savoir si celle-ci leur convient, si une autre religion leur irait mieux, ou meme s’ils ont un réel besoin de se retrouver dans la religion.
Pire (ou « de plus » pourrais-je dire), cette « tradition », ou « héritage », se fait dans un cercle plus large que le cercle familial, puisqu’ils y a des régions de France qui sont plutôt catholiques, et d’autres qui sont plutôt protestantes.

Je voulais donc vous interroger sur cette citation qui est sortie hier de la bouche de mon géniteur : « Elle porte une vierge autours du coup, mais c’est normale, elle est Bretonne. »

Qu’est-ce que cela vous évoque ? La religion, concept infiniment intime, propre à la sensibilité de chacun fait-elle partie d’un bagage culturel, identitaire ?

Publicités


Catégories :Non classé

Tags:,

13 réponses

  1. Le catéchisme de l’Eglise catholique en parle.

    Pour un chrétien (je crois qu’on peut étendre ça à tout croyant), c’est un véritable cadeau que de recevoir le baptême.
    Un don de Dieu permettant de faire partie de son royaume et d’être lavé du péché originel.
    Pour un croyant, c’est une joie et un plaisir immense que d’être « prêtre, prophète et roi » au sein du royaume de Dieu, et c’est pour eux en toute logique qu’ils baptisent leur enfant ou les font entrer dans « la bonne nouvelle » comme le plus beaux des cadeaux qu’ils puissent leur offrir.

    Si maintenant c’est réalisé en pure « tradition » ou « habitude », c’est en effet vide de sens.
    En même temps, si ce n’est pas « le choix » de l’enfant plus tard et que cette religion ne signifie rien pour lui, ça ne changera absolument rien pour lui.

  2. Ce que je trouve toujours étonnant, c’est justement ce que tu décris à travers : « Quelle chance tu as eu de recevoir le baptême, car tu vas entrer dans le royaume de Dieu et sera lavé du péché originel ».
    La Religion est intimement liée au lieu de naissance. On ne peut donc pas, à moins d’avoir l’ouverture d’esprit d’une moule effrayée, ne pas remarquer que si au lieu d’être né en Europe, ou les croyants sont majoritairement chrétiens, nous étions nés au Moyen Orient ou en Orient, nous aurions sans doute été musulmans, ou shintoïstes, ou bouddhistes, etc…
    Lorsque l’on transmet sa religion de la façon dont tu décris le processus, on part du principe que seule la notre est valable, que c’est la « vérité », et que tous les autres sont dans l’erreur.
    Je ne sais pas si je suis très clair.

    • Le point de vue officiel de l’Eglise par rapport à ça est que le sauveur (Jésus) a racheté le péché par sa mort et sa résurrection. L’humanité entière est sauvée par cette action et si nous nous tournons vers le christ si nous avons connaissance de son existence.
      Si tu ne sais pas qu’il existe tu es sauvé quand même. Mais si tu sais qu’il existe et que tu le refuse, tu n’es pas sauvé… (même si entre le pont et le parapet … tu peux toujours l’accepter au moment de ta mort).

      Bon, c’est le point de vue de l’église hein.

      • Mais tout cela n’est que symbolique n’est-ce pas ? Il n’y a pas réellement une croyance dans le fait d’être « sauve », et d’aller au paradis plutôt qu’en enfer, si ?
        Je veux dire, le paradis, l’enfer, sont des notions qui sont elles aussi propres au lieu dans lequel nous sommes nés. Nous aurions tout aussi bien pu travailler sur notre Karma pour tenter de nous libérer de la roue du Samsara si nous étions nés en Inde.
        Les religions sont des concepts métaphoriques que nous adoptons par tradition ou par choix, mais qui ne doivent pas exclure les autres, et encore moins imposer leur symbolisme comme étant une réalité, tu ne crois pas ?

  3. Il y a quelques siècles, les nouveaux-nés n’étaient pas baptisés directement car l’Eglise considérait que l’enfant n’avait pas d’âme. Puis, a été créé le purgatoire pour entre autre pouvoir y recevoir les enfants décédés après leur naissance en se disant que comme il n’a pas encore d’âme et qu’il n’a donc pas commis de péché, il peut attendre que l’on le ‘juge’ pour qu’il puisse rejoindre le paradis. Depuis, l’Eglise à revu ses positions et attribue l’âme dés que le processus de conception est en route, cela leur permet de combattre toute manipulation génétique et tout avortement. Finalement, on place le curseur à l’endroit qui nous convient le mieux.
    De plus, Jésus ne baptisait que les adultes (d’après les écrits), ce qui en soit est plus cohérent vu que la personne choisi elle-même sa religion.
    hop, une petite recherche sur Google et je trouve ceci : http://www.gotquestions.org/Francais/bapteme-enfants.html qui en dit plus sur la place du baptême dans la Bible (même si ce site est très probablement réalisé par des témoins de Jéhovah).

  4. Merci pour cet article très interessant, meme si à la fin, on retombe dans ce qui me pose un vrai problème dans la religion catholique.

  5. Merci a mes parents de m’avoir laissé vierge (c’est à dire athée). Ma démarche maçonnique n’en est que us personnelle.

    • Tes parents auraient très bien pu te baptiser ou t’intégrer à n’importe quelle religion pour finalement te retrouver athée à l’age adulte, cela arrive très souvent.
      A l’inverse, tes parents auraient très bien pu t’élever dans une optique athée et tu aurais pu plus tard découvrir la foi.
      Enfin, tu peux croire en un principe sans pour autant adhérer au dieu des religions révélées.

  6. Ah oui… Très intéressant tout cela. Du coup j’ai une question… N’est-ce pas pour cela que les chrétiens ont inventé la Confirmation de foi ? Oui parce que l’on peut baptiser son enfant du coup c’est pas obligé que plus tard il soit croyant. Du coup s’il veut vraiment prouver sa foi, il me semble qu’il est obligé d’en passer par là.

    Parce que moi je me suis fait baptiser (étant bébé, on m’a même pas demandé mon avis, ça me révolte mdr) et il était question de confirmer sa foi dans un processus appelé : la Confirmation. Alors moi étant une grosse buse à l’époque et comprenant pas bien pourquoi tout ce ramdam, et n’étant pas forcément très attentif aux cours de catéchisme qui m’ont royalement saoulé, j’ai même pas pigé le principe de Confirmation… Personne ne m’a expliqué le truc… Ou alors j’en avais rien à faire probablement…

    Du coup le principe de Confirmation dans mon cas… n’a pas vraiment été respecté… J’veux dire que spirituellement il n’avait aucun sens à mes yeux du coup je ne crois pas que le principe de cette recherche de la foi fut dans mon cas très probant. On m’a dit de le faire et comme un mignon p’tit soldat j’ai obéi… Mais du coup maintenant je me dis que ça a pas servit à grand chose, je me sens pas chrétien du tout.

    • Tout à fait.
      C’est en tout cas pour cela qu’un catéchumène (baptisé adulte) reçoit en une fois les sacrements d’initiation (Baptême, confirmation, eucharistie/première communion).

      Maintenant ta foi est en toi. Si pour toi la confirmation et le baptême furent vide de sens, ce ne fut qu’un peu d’eau ou une hostie sèche. La foi se vit, pour un croyant. Les rituels sans foi ne sont que des actions vides de sens. Comme un vase vide et creux. Du toc.

      Mes parents ont été baptisés enfant et on choisi à ma naissance de ne pas me baptiser pour me laisser plus tard cette décision si je le souhaitais.
      Je trouve leur démarche remarquable.
      Ils m’ont simplement inscrit dans des écoles privées catholiques uniquement pour m’inculquer un certain sens moral et des valeurs qui leur semblait importantes.
      Par la suite, je me sentais totalement athée et rejetais en bloc l’église et l’hypocrisie et l’intolérance que j’avais vu chez beaucoup de soi-disant croyants.
      Pourtant, malgré tout, il y a peu de temps, j’ai reçu un appel de foi très important et je vais maintenant et bientôt recevoir le baptême en tant qu’adulte.
      Je déteste toujours autant l’église, surtout en ce moment où elle fait magnifique preuve d’intolérance et de haine, mais je le fais car pour moi cette action a un sens profond avec ma recherche.
      Il est important de discerner sa foi profonde et les interprétations hasardeuse et variables des hommes.

  7. Ethereum : pourquoi avoir choisi une religion plus tôt qu’une autre pour affirmer ta foi ?

    A moins que je n’ai pas compris ton explication et que ton baptême ne soit qu’un lien vers une foi divine, peut importe pour quel Dieu, pour autant qu’il y en ai un. (Si bien entendu tu désires développer le sujet).

  8. Est ce qu’il ne faudrait pas voir ce genre de démarche plus comme une adhésion personnelle et réfléchie après réflexions et méditations sur le sujet plutôt que coutume héritée? A mon sens, il faut bien distinguer la foi, comme un ressenti intérieur (mais difficilement explicable, intransmissible parce que personnel et basée sur une relation avec une transcendance à laquelle on adhère, et sur des pratiques régulières) des croyances héritées et non remises en question, et parfois imposées aux autres, une certaine vision des choses qui ne correspond pas forcément avec celles des autres. Cela dit, même avec une démarche personnelle, un croyant, trop zélé, peut être tenté de vouloir partager sans discernement ce qu’il pense être la vérité, une vérité transcendantale, et de lasser plutôt qu’autre chose et on a vite fait de tomber dans une sorte de prosélytisme plus ou moins agressif sans s’en rendre compte. La prudence est de rigueur et ce genre de discussion ne peut se faire à bâtons rompu, mais seulement dans une atmosphère de calme et de respect mutuel.

  9. Bonjour,
    la « confirmation » n’a rien à voir avec l’idée de confirmer le baptême, comme si on demandait au baptisé s’il est d’accord avec ce qui lui a été donné bébé. Les églises orthodoxes ont conservé l’usage primitif qui est de plonger entièrement dans l’eau baptismale, oindre d’huile d’olive le corps entier puis de donner la communion quel que soit l’âge. C’est l’ensemble qui constitue le baptême . L’onction du corps s’appelle chrismation, elle est devenue la « confirmation » sous forme d’une onction sur le front dan le catholicisme ( un adulte qui devient orthodoxe est oint sur le front, les mains et les pieds). La confirmation ayant été réservée à l’évêque et les diocèses devenant trop étendus cette partie a été organisée une fois par an pour une ensemble de baptisés, à la fin de la formation au catéchisme.
    Quant au choix de la foi, en donner une à un bébé n’est pas moins légitime que de lui donner une langue maternelle qu’il ne choisit pas. Et pourtant bien plus de valeurs, d’idées,de représentations et de structures mentales sont véhiculées par la langue que par la religion. Et puis ça n’a jamais empêché une personne de devenir athée ou de changer de religion ou d’en acquérir une s’il n’a été élevé dans aucune.A mon avis ce qui importe c’est dans quel type de société tout cela advient. Le catholicisme dans la France d’Ancien régime c’est contraignant, peut-être moins que le marxisme officiel en Chine.En revanche dans nos sociétés démocratique je pense qu’il y a plus à craindre de l’indifférence et de la crétinisation marchande.
    La religion comme toute conceptualisation a besoin d’être bordée par la société civile (notamment par son système d’éducation), pas plus pas moins que d’autres systèmes de pensée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :