Le secret maçonnique sert-il à vendre des livres ?

ACH002759000.0.580x580

Voici une interrogation que je me pose depuis un certain temps, et que je voulais partager avec vous en ce début d’année.
Comme beaucoup, je me rappelle très bien de ce jour ou je suis entré en maçonnerie. Cela remonte à un an et une poignée de mois, et ce matin là, comme tout nouvel initié, j’ai prêté serment.
Dans ce texte que l’on nomme Le serment de l’Apprenti, j’ai juré de ne rien dire, écrire, au sujet de l’ordre, à moins d’en avoir reçu l’autorisation.
A travers ces mots, on m’a demandé de garder le silence sur tout ce qui pouvait se passer en loge, non seulement sur les discussions et débats qui s’y déroulaient, mais aussi sur la « méthode » maçonnique, sur nos symboles, notre rituel, etc…
Un peu plus tard, à la fin de la même tenue, en conclusion de nos travaux, j’ai entendu une phrase me demandant de continuer nos réflexions à l’extérieur du temple. Déjà, le paradoxe m’a surpris. Mais c’est quelques semaines plus tard que je me suis vraiment interrogé.

Vous n’êtes pas sans savoir que la presse adoooooore parler de nous. La preuve encore en ce moment puis-qu’après un numéro spécial du Figaro, c’est au tour du Nouvel Obs, et du Point de faire de la maçonnerie leur couverture. Pourtant, lorsqu’on lit les échanges entre maçons et journalistes autour de la question du secret, c’est toujours la même réponse qui revient : il y a le secret de l’appartenance, et le reste est intransmissible car trop intime pour être exprimé. Et je crois d’ailleurs que l’on est tous d’accord pour dire que c’est là le seul secret qui existe réellement…
Donc si j’en crois ce que je lis, à partir du moment ou je ne dévoile aucun nom de maçon, je peux raconter tout ce que je veux, lire tout ce que je veux.
Mais pourtant là encore, il y a un paradoxe.
Rapidement, je me suis inscrit sur des forums maçonniques, des forums réservés aux seuls maçons. En tant qu’apprenti, je n’avais accès qu’aux discussions portant sur le premier degré. Les discussions concernant les degrés de Compagnon ou Maître m’étaient fermées. Il y a là un aspect initiatique, tout à fait compréhensible, et je suis le premier à y trouver un intérêt. Il est bon d’avancer sur un rythme lent, sans chercher les réponses à des questions, mais en se concentrant sur le chemin à parcourir pour atteindre ces réponses.
Pourtant, il suffirait que je pousse la porte de ma librairie préférée pour trouver, en vente totalement libre, absolument tout. Tous les degrés de la maçonnerie, leur histoire et leur symbolisme sont disponibles, à tous les rites. Tout le monde, profanes et maçons peuvent les feuilleter, ou les acheter.
Donc pour résumer, lorsque je suis entre maçons, on me limite l’accès à des choses que tout non-maçon peut acheter tranquillement.

Pourquoi ? Que devons-nous y voir ? Si nous prêtons serment de ne rien écrire, ou révéler de ce qui concerne l’ordre, comment pouvons nous vendre autant de livres spécialisés, révélant tout ce que l’on peut chercher à connaître ?
Si tout le monde pouvait parler librement de tout ce que l’on fait en loge, de ce qui s’y passe, et de ce que renferment chaque degré, toute cette littérature serait de ce fait superflue.
Doit-on en conclure que le serment que l’on fait promettre à chaque nouvel apprenti a pour but de favoriser la vente de littérature maçonnique (dont je me délecte au demeurant) ? Finalement, les seuls qui veulent vraiment « limiter » leur accès à  des certaines choses qui ne les concernent pas encore sont les maçons eux-mêmes. Les autres s’en fichent.

La maçonnerie n’est finalement pas si discrète, c’est juste que la plupart des gens s’en fichent, non ?

Publicités


Catégories :Actualités

Tags:, ,

12 réponses

  1. Je partage entièrement cette réflexion et suis dans le même état d’esprit. Tout cela n’est il qu’un jeu ?

  2. Dans ta question, en vient une autre : qui édite ces livres ? Des maçons ? 🙂
    Pour les marronniers de la presse, ce n’est rien de plus que pour vendre du papier … d’autant plus que ces derniers balancent des noms plus ou moins au pif. Je comparerais ça à la presse people / à scandale, au niveau des pratiques.
    Je pense qu’une partie du secret « en interne » permet à ce que chacun trace son chemin, sans être influencé par ses lectures. C’est valable avant de rentrer, mais je pense que ça le reste ensuite ?

  3. La littérature maçonnique s’adresse évidemment en premier aux maçons. Un non maçon qui lirait des livres maçonniques s’ennuierait vite a mon avis, ou alors c’est qu’il est intéressé par la démarche.
    Ce qui est étrange, finalement, c’est ce serment que doit faire l’apprenti. Car finalement, personne ne le respecte.
    Les livres sont importants pour progresser. On y trouve des tonnes de choses passionnantes, qui servent nos réflexions a merveille. Il y a également des revues de grandes qualités qui elles aussi nous permettent d’enrichir considérablement nos réflexions.
    Je trouve juste étrange que l’on continue de demander de ne rien dire, écrire, dévoiler, alors qu’il faut bien l’admettre, il y a un commerce (tout a fait légitime) autour de tout cela.
    Un maçon qui lit un livre qui ne concerne pas son grade se tire une balle dans le pied. Tant pis pour lui. Un profane qui ferait pareil se tirerait lui aussi une balle dans le pied s’il veut un jour entrer en maçonnerie. Sinon, eh bien il aura lu un livre sans doute très intéressant dont une partie lui sera passée au dessus de la tête. C’est pas très grave.
    S’il y avait un vrai secret, on vérifierait la qualité de maçon et son degré avant de lui vendre un livre. Ce n’est pas le cas, heureusement.
    Donc puisque tout le monde peut tout lire, quitte trouer ses chaussures, n’en faisons pas tout un plat 🙂

    • Figure-toi que j’ai vu des livres ouverts selon le grade au format ebook (où il était question d’un mot de passe que tu connais selon ton grade).
      Donc c’est un peu le cas quand même 🙂
      Après, est-ce que ceci n’est pas tout simplement symbolique ? Sans en faire un plat 🙂

  4. Le premier livre que l’on m’a prêté alors que je ne pensais pas encore à frapper à la porte est « La réalité maçonnique (1ere édition) de Jean Verdun. 8 ans après j’ai acheté l’édition actuelle et j’ai découvert des éléments qui ne m’avaient pas sautés aux yeux à l’époque. Pire, lors de la première lecture, je ne me suis jamais dit « mais que raconte t’il ? ».
    J’en ai parlé avec une sœur de vingt ans mon ainée, qui m’a dit « et attend, lorsque tu seras maître et que tu le reliras, tu auras de nouveau la même impression.
    Voilà donc un livre à quatre étages qui se révèlent au fil du temps.
    Mais pour le reste, je n’ai rien eu envie d’acheter avant d’être initié ; et pour abonder dans le sens de Guizmo , « je m’en foutais totalement » vu que je ne fréquentais pas de maçons à l’époque (et même si je lisais les interviews qui paraissaient dans les journaux).
    Alors, peut-on dire que la littérature maçonnique ne fait vibrer que les initiés ? Elle doit certainement être dans la même mouvance que le reste, on peut jeter un œil curieux si un bouquin traine chez un ami, mais il ne me viendrait pas à l’idée d’acheter un livre parlant du mariage catholique ou d’astrophysique ou encore de pratiques de pèches en mer.
    Lors de la foire du livre de Bruxelles, le stand consacré à la franc-maçonnerie n’est pas rempli de curieux, les gens passent en jetant un œil distrait sans s’arrêter pour lire un quatrième de couverture.

  5. Je me poserais la question différemment… Car pour moi, il n’y a pas de « problème ». Peu importe que des interprétations (parfois rédigées par des non-maçons) soient disponibles un peu partout dans les bibliothèques (spécialisées ou non). Le serment n’est pas (plus ?) là pour cacher une doctrine secrète ou je ne sais quoi, car comme tu le fais si bien remarquer, Guizmo, c’est déjà disponible… et depuis un bail ! Les premières fuites remontent au XVIIe siècle, celui qui a vu naître la FM sous sa forme spéculative plus ou moins actuelle. Bref, si secret il y a(vait), il n’a jamais été bien gardé…

    Je crois que le serment que nous avons prêté vient nous garantir que notre quête est intime et donc individuelle, et qu’à ce titre, il ne serait pas pertinent voire même contre-productif d’en divulguer le chemin, notre chemin qui ne correspondra jamais à qui que ce soit d’autre… Ce qui nous autorise à en parler entre maçon, ce n’est non pas que notre chemin pourrait convenir mieux à un Frère ou une Sœur également initié-e, mais qu’ils connaissent le vécu en loge et qu’à ce titre, des références communes sont partagées et moins « mal interprétées ».

    On serait peut-être surpris si un membre de Conseil d’Administration d’une boite lambda voulait nous faire partager une réunion dudit CA… On ne capterait pas grand chose, mais son acolyte pourrait tout à fait hocher la tête d’un air entendu… que nous n’entendrions pas du tout !

  6. Je vais surement me faire houspiller en parlant de ce que je ne connais peut-être pas assez pour en parler mais… La connaissance est là, elle existe et est accessible à quasiment tous (je prend pas de risque) avec un peu d’argent on peut lire un peu tout sur le franc-maçon certes… mais peut-être que les initiés prêtes serment d’une part par coutume, et d’autre part par parce que cela fait parti du chemin qu’il est bon de suivre selon un certain code.

    Dans les arts martiaux (je parle donc aussi de la philosophie qui y est lié) par exemple tout se fait par étape, on endurci le corps et l’esprit, et ensuite on applique les kata. C’est un cheminement qui est logique et parfois bon à prendre. Cela me fait penser un peu aux Jedi (oui oui je prend un exemple fictif, mais qui est inspiré du bushido… donc bon…) qui suivent la voix que leur maitre leur propose afin de ne pas se perte dans le côté obscur de la force : ne pas céder à la facilité, suivre le modèle en faisant son propre chemin, et petit à petit le padawan devient Jedi puis maitre Jedi.

    Bon je sais c’est un peu tiré par les cheveux… Mais ne peut-on pas comparer les deux et se dire qu’il est sage d’avoir conscience des choses dans un certain ordre, de ne pas céder à la facilité et sombrer du mauvais côté ? Car la connaissance mal utilisé, sans philosophie ni morale, est dangereuse, tout autant que l’est l’ignorance.

  7. Tu sais que chaque macon cache un sabre laser sous son tablier ?

  8. Sûr j’en étais ! 😉 Avec les Franc-maçons est la Force !

  9. « Guizmo dit :
    04/01/2013 à 12:03
    Tu sais que chaque maçon cache un sabre laser sous son tablier ?
     »

    Ce sont les sœurs qui doivent être contente !!!

    • Je confirme … 😉
      Plus sérieusement, je me suis moi même posée cette question à plusieurs reprises, avant, et depuis mon initiation, et je pense qu’il s’agit en effet plus d’une invitation à vivre son propre chemin, sans trop en altérer les saveurs, par des lectures qui pourraient nous en dévoiler trop, quand nous commençons à mieux comprendre les choses de la maçonnerie…

      Et j’en profite pour vous souhaiter une belle année à tous, maçons ou non, lecteurs et auteur de ce blog si rafraîchissant!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :