Mariage gay : Vincent Peillon tance l'école catholique (LeMonde)

323vincent_peillon_1

Voici un article du Monde d’aujourd’hui dans lequel Vincent Peillon rappelle de façon assez claire, aux établissements catholiques, qu’il n’est pas souhaitable d’aborder la question du mariage pour tous dans les murs des écoles privées.

« Il ne me semble pas opportun d’importer dans l’école le débat sur le mariage pour tous. Je considère même qu’en adressant une lettre aux chefs d’établissement, le secrétaire de l’enseignement catholique a commis une faute », déclare le ministre.

L’église catholique avait déjà décidé de prendre des initiatives autour du sujet, en organisant des discussions avec les élèves, afin d’aider a une « prise de conscience collective ». Cela avait provoqué l’indignation de tous ceux qui y voyaient la une manipulation de la part du religieux sur les affaires de l’État.

Officiellement, les établissements privés sont libres de rappeler à leurs élèves les positions de l’Église, à condition qu’ils respectent la liberté de conscience, et que cela n’entrave pas l’application des programmes scolaires nationaux.
Alors ou s’arrête l’information, ou commence le lobbying, voila une question intéressante !

Retrouvez l’article complet ici :
Mariage gay : Vincent Peillon tance l’école catholique

 

Publicités


Catégories :Non classé

Tags:, , , ,

20 réponses

  1. Très drôle! les politiques ont une étrange idée de la notion de tolérance, ils feraient bien de relire Voltaire…Il faudrait que Vincent Peillon m’explique pourquoi il ne pourrait être question du « mariage pour tous » dans les établissements privés (quid des publics?) Alors que la question de l’homosexualité et de l’homophobie doit être abordée à l’école (via des kits fournis par les associations de défense des doits des homosexuels et de lutte contre l’homophobie), où est la neutralité du service public?
    Pourquoi chercher à imposer une vision unilatérale, c’est vraiment faire peu de cas des capacités de réflexions des adolescents…ton commentaire où s’arrète l’information, où commence le lobbying est valable également pour le ministre de l’éducation…

  2. L’État ne peut avoir le beurre et l’argent du beurre… D’un côté il participe au financement des écoles confessionnelles (oui, l’école privée est subventionnée par l’État et ses enseignants payés par le Ministère), et de l’autre il craint une manipulation de nos mômes par des doctrines religieuses… Je ne suis pas pour l’interdiction de l’enseignement confessionnel… Mais pour que ces écoles (dont j’ai bénéficié jusqu’au Bac) ne reçoivent plus d’aide de l’État.

    Une institutrice du privé, que je connais très très bien, m’a raconté ceci. Dans son établissement, des profs et des parents d’élèves animent l’aumônerie. Une de ses collègues a sa fille en 6e. Elle rentre un soir pour demander à sa mère si elle a déjà « ressenti Dieu » en décrivant la sensation comme une « impression de chaleur et de bien-être » en mode mystique-fou ! La collègue demande pourquoi et la gamine répond que sa prof de français qui anime aussi l’aumônerie lui avait dit que ceux qui ne ressentaient pas Dieu ainsi ne connaîtraient pas le Paradis. Puis elle demande à sa mère médusée s’il est vrai que les homosexuelles sont malades et qu’ils iront en enfer ? Après « enquête » auprès d’un autre môme, il s’avère que la gamine n’avait pas mal compris…

    Voilà ce qui a été dit en caté à des mômes de 12 ans dans une école privée en 2012. Alors M. Peillon, ne faites pas l’étonné : vos subventions payent aussi ceci depuis 107 ans !

  3. @Calvariam : il semblerait pourtant, d’apres l’article suivant, que legalement, l’ecole catholique soit a la limite de la faute juridique :
    http://lemonde-educ.blog.lemonde.fr/2013/01/04/pour-bernard-toulemonde-lenseignement-catholique-nest-pas-tres-loin-de-la-faute-juridique/

  4. as-tu au moins pris la peine de lire le communiqué du SGEC?, il n’y est nullement fait mention d’une quelconque action menée en direction des élèves, mais en direction de la communauté éducative. Sur ce plan là, ils sont dans les clous, c’est leur droit le plus strict que de se référer à certaines valeurs et de demander une certaine adhésion à leurs salariés, cela se fait dans toutes les associations d’éducation spécialisées…Mais crier à l’attentat contre la laïcité et à l’intolérance permet au gouvernement de détourner l’attention des vrais questions éthiques qui s’attachent à la question de l’homoparentalité et des GPA…

  5. Bien sur, mais si tu demandes quelque chose à la communauté éducative, ce n’est quand meme pas pour qu’ils en parlent en salle des profs, entre eux…
    Dans le témoignage proposé par Tao, on voit bien que le professeur a bien agit sur l’élève, non ?

  6. Désolé mais tout cela confine au ridicule. Une chose est certaine, du moment que l’on parle de ce mariage gay, cela évite de trop parler des vrais problèmes. Il y a tout de même d’autres urgences en ce moment.
    Je vois qu’un (petit) nombre de FF du GO n’ont toujours pas su se débarrasser de leur laïcisme archaïque façon début XXème siècle. Il faudrait tout de même un petit peu évoluer, non?
    Patrocle, républicain, laïc convaincu.

  7. Pourquoi paler de laïcisme archaïque, comme si cela était devenu obsolète, dépassé ?
    Un établissement qui vit en partie sur les subventions de l’Etat peut-il ainsi faire du prosélytisme en tentant d’orienter l’opinion des plus jeunes en prodiguant des règles et des « valeurs » qui elles, pour le coup, sont vraiment archaïques ?
    Je veux bien que cette polémique autour du mariage gay serve à cacher des choses plus importantes (à mon sens, il ne devrait y avoir aucune polémique d’ailleurs, nous devrions célébrer les mariages pour tous, point barre), mais il me semble que rester vigilant face à la façon dont certaines instances religieuses utilisent leur statut à des fins propagandistes reste un sujet digne d’être traité.
    Je ne pense pas que la rédaction de ce courrier ait bouleversé l’emploi du temps de Vincent Peillon, l’empêchant de se concentrer sur les « vrais » problèmes qui touchent l’éducation en ce moment.
    Quant à la petite attaque contre le GO, je vois que les querelles d’obédiences ont encore de bons jours à vivre… 🙂

  8. J’arrive après la discussion, je n’ai rien à ajouter après Guizmo et Tao …

  9. Les hommes faisant de la propagande pour toujours plus de droit pour les hommes (gay, il n’y a que les homosexuels qui puissent porter le « gay »), quoi d’étonnant

  10. Je ne comprends pas. Pourquoi rattaches tu « gay » à « hommes » ? Il y a des femmes homosexuelles aussi…

  11. Premier point. « Gay » est un mot anglo-saxon. Une simple conversation dans la langue de Shakespeare avec des anglophones permettra à quiconque de réaliser que pour eux, « gay » est un terme non genré, neutre, comme beaucoup d’autre en anglais (la majorité des noms, en fait…).

    Deuxième point. Les femmes homosexuelles sont nommées parfois « lesbiennes ». Avant l’anglicisme « gay », les hommes homosexuels n’étaient nommés que par des quolibets dont le plus populaire était (et est toujours) « pédé ». Était-ce préférable ?

    Troisième point. C’est le comble d’un féminisme de mauvaise foi (courant minoritaire heureusement…) que de laisser entendre que le mariage pour tous ne promouvrait que le mariage pour les hommes homosexuels. Je n’ai jamais (jamais !) entendu rien de tel où que ce soit, ni dans les médias, ni chez mes potes gays (des deux sexes !).

    Quatrième point. A quand la disparition de ces courants féministes (minoritaires) qui pensent qu’il faut lutter contre les hommes au lieu de soutenir une cause commune (hommes et femmes) ensemble ? Faut-il saquer les hommes pour que les femmes prennent leurs places, ou bien contribuer à une égalité sereine mais ferme ? Combien de femmes à des postes à responsabilité (au moins la moitié dans mon secteur d’activité) se comportent de la même manière que les hommes qui occupent ces mêmes postes ? Quasiment toutes. Pourquoi ? Parce que la vision essentialiste qui voudrait que les femmes soient ainsi et les hommes ainsi est caduque. La vision existentialiste qui montre que la fonction a une influence sur l’individu quel que soit sont genre est bien plus juste.

    « L’existence précède l’essence. »

    Amitiés,

  12. Neutralité du service public vraiment? Quand c’est sa collègue Najat qui est à la manoeuvre, on ne l’entend pas le ministre…
    http://lelab.europe1.fr/t/quand-najat-vallaud-belkacem-plaidait-pour-le-mariage-homo-dans-un-college-6801
    Tout cela n’est que posture et figure réthorique afin de détourner l’attention de l’opinion du vrai débat qui concerne l’homoparentalité et la GPA…Le gouvernement cherche à faire croire que la remise en cause du projet de loi sur le mariage gay est une simple affaire de foi religieuse, plus particulièrement catholique et à mobiliser au nom de la défense de la « laïcité », rien n’est moins faux, pour ma part je ne suis pas catholique, ni même croyant, et pourtant je suis opposé à ce projet de loi, sans parler de l’amendement sur la GPA…Et si je m’y oppose c’est que je considère que nous n’avons pas encore fait le tour de toutes les questions d’ordre éthiques que cela soulève. Quand je vois toutes les précautions et lenteurs (justifiées) prise pour une autre question qui nous concerne tous (et non 2% de la population), l’euthanasie, quand je vois toutes les reculades du gouvernement en matière de défense des droits sociaux et dans la promotion de plus de justice sociale (Pétroplus, Florange, la réforme fiscale), je me dis que la motivation du gouvernement avec le mariage gay n’est principalement qu’affaire de clientèlisme et d’opportunisme éléctoral…

    • Mais c’est fou ça … La porte parole a répondu à cette facile pirouette, il y a une différence entre aller dans UNE école, répondre à la question d’un élève, et lancer une campagne de propagandes dans des écoles sous contrat avec l’état (les écoles hors contrat font ce qu’elles veulent) : http://www.lejdd.fr/Societe/Depeches/Mariage-gay-Vallaud-Belkacem-se-defend-584517

      La GPA, étrangement, est sortie d’une pochette surprise quand les opposants se sont aperçus que l’opinion basculait aussi en faveur de la PMA. Elle ne se fera pas : on ne peut en France commercialiser ou rendre service avec l’aide de son corps (le don de sang est gratuit, les dons d’organes anonymes, etc …). Les lois bioéthiques ne vont pas changer comme ça. Arrêtez d’agiter ce foulard, c’est d’un ridicule.

      Enfin, pour l’euthanasie, où est le retard ? Les chantiers s’enchaînent, les discussions aussi. Il ne peut y avoir deux débats parlementaires sociétaux en même temps – un est déjà compliqué à gérer (et prend beaucoup de temps de communication, au dépend des autres problèmes comme vous dites). Quelle est cette grande urgence, alors que pour une fois des débats de société sont ouverts – ce qui n’avait pas été le cas depuis longtemps ? Enfin, quels sont les questions d’ordre éthique qui vous posent soucis ? (le débat est ouvert depuis 4 mois !!!)

      Et pour conclure, vous nous parlez de clientélisme … après avoir indiqué que ça touchait 2% de la société. Chiffre qui m’étonne soit dit en passant, sans être concerné, cette question me touche (la liberté, l’égalité … ça me touche oui)

  13. En matière de pirouettes elle s’y connait Najat, docteur es « langue de bois »,d’ailleurs sa justification est un exemple de perfidie puisqu’elle associe de fait homophobie et opposition au mariage gay, ce qui n’a rien à voir, en attendant elle promeut le projet de lio en milieu scolaire, que ce soit pour répondre à une question ou pas, sa réponse aurait été complète si elle avait pris la peine d’exposer les arguments contraires.
    Sur la question de la PMA, la PMA ne va pas sans poser des questions également, l’ouvrir aux couples de lesbiennes et interdire la GPA aux couples de pédérastes, c’est introduire une nouvelle inégalité au nom de l’égalité, très fort! Autoriser la PMA aux couples de lesbiennes sous-entend t’il l’autoriser et prendre en charge la PMA pour les femmes célibataires? (après tout, elles aussi ont « droit à la parentalité », droit inventé de toute pièce,le droit à l’enfant n’existe pas…), comme quoi les questions éthiques sont loin d’ètre épuisées…
    Pas deux debats sociétaux à la fois dites vous? alors pourquoi n’avoir pas commencer par celui qui nous concernait tous?
    Je maintiens l’idée de clientélisme, clientélisme en direction de se qui constitue le « nouveau peuple de gauche » tel que l’a théorisé ce merveilleux think tank « terra nova », au dépend des classes populaires réelles, il suffit de mettre en parallèle le renoncement vis à vis des réformes sociales au profit des réformes « sociétales » pour s’en rendre compte (« sociétal », ça me rappelle quelqu’un? Ah oui notre frère José Gulino, et dire que l’on a oser accuser Lambicchi de complaisance envers le gouvernement précédent…., celui là calque son discours sur le programme du gouvernement, le tout au nom de tous les frères,pitoyable et indigne…).
    Quant aux situations de fait d’homoparentalité, qui justifierait une réforme du code civil, on peut évoquer cet argument spécieux pour d’autres sujets: les drogues, le dopage et j’en passe et des meilleurs, libéralisons tous….
    Alors oui à un renforcement de la protection juridique apportée par le PACS,non à l’adoption (pour ce sujet voir l’opposition de l’UNAF, dont on ne parle pas), non à l’ouverture de droit à la PMA pour d’autres raisons que des raisons strictement médicales.

    Une dernière chose, ne croyez surtout pas que mon avis est isolé au sein de mon atelier (au GODF), en fait nous sommes nombreux à le partager, cela est d’ailleurs tout aussi vrai à la GLFF au moins dans certains de leurs ateliers (je le sais pour en avoir discuté avec des soeurs), nous sommes juste pris en otage par nos représentants dont il serait grand temps d’encadrer la prise de parole…
    Le comble c’est que la seule obédience qui a sérieusement, et collectivement, étudié la question, le DH, n’a pas encore communiqué sur le sujet..

    • Pour la réponse de NVB que j’ai lu dans le lien que j’ai donné, j’ai trouvé effectivement qu’il était partial (ou incomplet). Ceci dit – il s’agissait d’une intervention, en réponse à une question, et non pas comme je le disais d’une demande d’alignement généralisé de communication envers les enseignants (qui ont été les premiers à se plaindre de ce courrier – avant que le ministre n’intervienne !)
      Vous touchez un point sur la PMA, mais sachez qu’elle a déjà lieu – soit artisanalement, soit à l’étranger. Effectivement, il faut parler de tout ceci, mais je pense que le débat parlementaire est justement l’endroit où ça se passe. Un amendement a été déposé, est discuté, est contredit (il n’était pas initialement prévu dans le projet). En tout cas, à moins d’interdire les pratiques sus-citées, je préfèrerais les voir encadrées (encadrées dans le sens suivi médicale notamment, pas dans le sens flicage).
      Pour la suite, ça parle politique, chacun ses idées (je ne pense en tout cas pas que le fait de s’occuper de ceci empêche de travailler sur le sociale – auriez-vous dit la même chose si la fin de vie était passée en premier ?). Je ne comprends en tout cas pas votre comparaison de l’homoparentalité avec la drogue ou le dopage. D’ailleurs, peut être vous dérangerait-elle moins si il ne s’agissait que de l’homoparentalité entre femmes ? Et vous souhaitez réserver une union différente pour les personnes de même sexe (le PACS) ? C’est souhaiter une société à deux vitesse, avec des citoyens et des sous-citoyens …

      Enfin, pour votre conclusion, heureusement que tout le monde n’est pas du même avis, c’est tout l’intérêt d’avoir un débat. Tant que chacun expose ses arguments bien sûr (ce qui n’est pas souvent le cas dernièrement – dire qu’on va enlever père et mère du code civil, ça frise le ridicule). En tout cas, vous parlez de vos représentants, je suppose que c’est la même chose qu’avec notre président : vous l’avez élu. Je ne sais pas comment se passent les prises de paroles de ce dernier effectivement … Quand au droit humain, ils ont clairement communiqué ( http://www.droithumain-france.org/ -> colonne de gauche « dernière minute » sur leur site )

      PS : je n’aime pas non plus l’expression « droit à l’enfant » … Un enfant n’est pas un droit. Mais on part sur un autre sujet.

  14. D’un simple point de vue, moins  » politique  » , concernant le mariage gay – dans tous les genres du terme – je pense que du moment que des personnes s’aiment , pourquoi n’auraient elles pas la possibilité d’adopter ? De procréer, même par des voies détournées ? Un enfant a besoin de quoi, si ce n’est d’amour et de stabilité ?

  15. Pour le parallèle, il s’agissait simplement d’une « reductio ad absurdum » afin de montrer que le simple fait qu’une situation existe n’impliquait pas qu’il faille automatiquement la légaliser. Quant l’homoparentalité, le genre du couple concerné m’indiffère, si je suis réticent à l’assouplissement en matière d’adoption, c’est que j’ai suffisament vu de cas d’enfants adoptés finissant en centres éducatifs, avec tous les mêmes critères communs: adoptés à l’étranger par des couples ayant été retoqués par le service d’aide sociale à l’enfance en france. Alors, si les professionnels de ses services émettent des réserves quant à l’adoption par des couples homosexuels, j’ai tendance à penser qu’il serait raisonnable d’écouter ces professionnels…L’adoption est un processus complexe et il ne suffit pas de « désirer très fort un enfant » et de « l’aimer » pour que ça se déroule bien.

    • C’est dans ce cas l’adoption en général qu’il faut revoir … dans ce que vous citez, les cas sont possibles pour les parents de même sexe ou non actuellement : ces parents peuvent déjà aller à l’étranger ! L’assouplissement changerait quoi : permettre aux parents de même sexe d’adopter eux aussi, en France. De manière encadrée. Pourquoi auraient-ils un traitement différents d’autres parents ?

  16. Calvariam, vous différenciez homophobie et opposition au mariage gay, mais il me semble pourtant que les deux sont liés, dans les faits en tous cas. Malheureusement, nous avons entendu jusqu’à maintenant beaucoup (trop) de témoignages navrants dans lesquels des intervenants, proclamés compétents ou simples quidams, confondant encore homosexualité et pédérastie/pédophilie, montrant seulement leur totale méconnaissance de la réalité. Que des gens, aujourd’hui, aient pu rester ignorants de ce qu’est l’homosexualité, est toute même l’indice de leur intolérance, de leur refus de connaître, de comprendre, de leur volonté de garder cette réalité à distance, ne croyez-vous pas.
    Du reste, croire que des homosexuels risquent de mettre l’enfant en danger car un enfant aurait besoin d’un papa et d’une maman, alors que tant d’enfants vivent aujourd’hui dans des familles monoparentales, n’est-ce pas se fourvoyer sur la nature même de l’homosexualité, en continuant de la prendre comme une déviance ?

  17. Le ministre a eu bien raison.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :