Paroles de maçons anonymes #3 – Pourquoi rester en Franc-maçonnerie ?

anonymat2

Puisque tout le monde semble être bloqué sous la neige, je vous propose cet après midi un peu de lecture, à travers un nouvel épisode de « Paroles de Maçons anonymes ».
J’ai voulu aujourd’hui vous offrir une réflexion autour de la question « Pourquoi rester en Franc-maçonnerie ? », et pour cela, deux maçons, ayant tous deux passé un certain temps en loge, ont gentiment accepté de répondre à mes quelques questions. Comme d’habitude, j’ai choisi, pour ces interviews, de ne rien dévoiler des participants. Voici donc une nouvelle interview anonyme avec Elle, et Lui.  Merci beaucoup à eux deux !

 – Depuis combien de temps es tu franc-maçon ?
Elle : Avril 1979.

Lui : Une vingtaine d’années . mais je me sentais déjà Maçon a contrario, parce qu’à l’époque coloniale, il s’en trouvait, même du GODF, contre lesquels j’ai dû lutter, pour faire triompher mes idéaux sur ceux qu’ils défendaient sans s’en cacher et même en s’en vantant.

 – As tu déjà eu envie de quitter la maçonnerie, pourquoi ?

Elle : Oui, lorsque ma meilleure amie et  Soeur de ma loge est partie avec mon mari. Sinon, en dépit de déceptions dues à des comportement de SS ou de FF et d’options de mon ancienne Obédience, je n’ai jamais eu réellement envie de démissionner, même si une déception venant d’un Frère ou d’une Soeur fait plus mal que celle venant d’un profane.

Lui : Non. jamais. je pense qu’on y est, une fois initié « perinde ac cadaver », comme diraient les Jésuites. Les eccléistiques ont les mains cnsacrées. il y a une consécration similaire en nous et chez nous, lors de l’Initiation.

– Qu’est-ce qui t’a poussé à continuer ton parcours dans la maçonnerie après tout ce temps ?

Elle : Je crois fondamentalement à cette utopie des Lumières qui a remis en cause les modes de fonctionnement d’une société en se fondant sur la Raison, en introduisant des principes démocratiques (cf le GO qui lors de sa création en 1773, a introduit le principe électif pour les plateaux, a créé ce qui s’appelle maintenant le Convent (donc l’AG de toutes les LL d’une Obédience, chaque Loge étant représentée par un délégué) et qui a posé les bases d’une société a-dogmatique (cf. toujours le GO qui, en 1773, a décidé qu’il n’y avait plus besoin d’un certificat de baptême pour devenir FM).

Lui : la raison précédente. De plus j’ai eu pas mal d’ennuis de toutes sortes, certains plus graves, d’autres très graves. Jamais la solidarité de mes Frères ne m’a fait défaut. Et je m’y trouve bien (parfois un peu de monotonie, mais qui ne la ressent pas à quoi qu’il adhère ?)

– De quelle manière la maçonnerie a t’elle évoluée depuis que tu y es ?

Elle : A mon sens, la mixité sociale est beaucoup plus large; on y rentre aussi beaucoup plus jeune; elle s’est extériorisée notamment grâce à internet, aux conférences publique et aux différents musée de la FM qui permettent aux profanes d’en savoir beaucoup plus et qui ont contribué à démythifier la FM. A mon époque, on n’en parlait pas dans le sjournaux et il n’y avait que les bouquins de Wirth et le Boucher.

Lui : Elle a évolué en ce sens que la société devenant de plus en plus faussement spiritualiste, la Maçonnerie s’est cru devoir mettre ses pieds dans les pas qui divergeaient de son but. On tout misé sur l’intériorité.

– Que penses tu de l’extériorisation dont la maçonnerie fait preuve depuis quelques temps ?

Elle : je pense que c’est une bonne chose. A titre personnel, je n’ai jamais crié sur les toits que j’étais FM, mais je ne m’en cache pas non plus. Ma famille, mes amis et quelques collègues de bureau sont au courant, soit parce que je leur en ai parlé, soit parce qu’ils m’ont rencontrée au Musée de la FM.

Lui : L’extériorisation qui est une remède à cette farouche intériorisation me semble nécessaire. Si nous voulons prouver que nous ne sommes pas des « sépulcres blanchis », de vagues ruines qu’il est amusant de visiter de temps en temps, il est grand temps (est-il même déjà tard ?) que nous allions vers un regard des autres vers nous et de nous vers les autres (je n’aime pas le terme « profane » qui donne un sens sacré à ce qui est naturel.)

– La Maçonnerie semble vouloir rajeunir l’âge moyen de ses membres. Es tu pour l’initiation des plus jeunes ?

Elle : Je ne comprends pas cette question puisqu’il suffit d’être majeur pour être initié. Et cela a toujours été comme cela.

Lui : Je suis à fond pour le rajeunissement des Francs-Maçons et de leur Ordre. ; je suis pour l’initiation des plus jeunes. Jai deux petites flles qui auraient très bien pu être initiées à 16 ans ! Et quand je discute avec elles, je me rends compte que c’est un problême vraiment sérieux. L’infantilisation généralisée à la mode actuellement va à rebours des progrès acquis et pour lesquel nous devons lutter.

– N’y a t’il pas de conflits entre les plus jeunes, et les plus anciens dans les loges ?

Elle : Je n’ai jamais ressenti cela. Lorsque je suis rentrée en FM, j’avais 24 ans et la moyenne d’âge, dans ma Loge, comme dans les autres LL et les autres Obédiences, était plutôt élevée. Cela me m’a posé aucun problème. Maintenant, c’est moi qui suis senior, il y a de nombreux jeunes dans ma loge et cela ne génère aucune difficulté. Un groupe humain est toujours un collectif qui peut être diffcile à faire fonctionner, mais je ne ressens pas de fracture « jeunes/vieux » en FM. Au contraire, c’est bien l’intérêt de la FM : faire se rencontrer des gens d’âges, de cultures, d’expériences, d’options politiques, philosophiques ou religieuses différentes.

Lui : Aucun conflit d’aucune sorte. c’est vers les « médians » qu’il faut se tourner, ces fameux « quadras » qui savent tout qui prétendent débattre de tout et qui méprisent jeunes et vieux parce que jeunes et vieux, sans autre explication que des arguties juridiques ou … »poussés par le temps » , avec le Fric, leur maître… Entre jeunes et doyens il n’y a aucun problême. Je n’en ai pas du moins observé.

– Qu’est-ce que tu souhaiterais transmettre aux jeunes maçons ?

Elle : La transmission n’est pas unilatérale. Nous nous transmettons les uns aux autres. Il serait absurde de penser que seuls les « vieux » maçons peuvent transmettre quelque chose aux jeunes maçons.
La seule chose que je puisse répondre est que tout homme a besoin d’un idéal et que continuer à faire vivre les idées du 18ème siècle et rappeler les combats anciens de nos FF et SS (éducation publique, laïque et obligatoire, séparation de l’Eglise et de l’Etat, liberté d’association, grandes lois sociale (retraites, divorce, PACS, contraception etc.) peut permettre de nous aider à lutter contre les inégalités sociétales actuelle pour que chacun ait les mêmes droits (et devoirs). Depuis le 18ème siècle, la FM s’inscrit dans une construction collective et le vivre ensemble est toujours et peut-être encore plus d’actualité aujourd’hui. Et je suis persuadée que la FM peut contribuer à cette construction.

Lui : Je souaiterais leur  transmettre mon culte du Doute, car celà leur éviterait de se prendre  les pieds dans la carpette comme les « quadras » ci-dessus. L’Humilité leur viendra toute seule. Les guider sur cette voie sans laquelle on sombre dans la maladie mentale. Mon expérience? C’est ce que disent les Frères pour m’obliger. Mais je ne suis pas dupe. Je suis persuadé de ne rien savoir de plus qu’à sept ans, « âge de raison », où on est bien moins enclin à la raison dictatoriale qu’à l’humilité .

– La maçonnerie est de plus en plus présente sur Internet. Est-ce une bonne chose selon toi, ou les maçons devraient-il rester plus discrets ?

Elle : A mon sens, c’est une bonne chose car nous avons toujours pâti de ce prétendu secret et être FM est souvent connoté négativement. Plus nous disons qui nous sommes et ce que nous faisons, plus la suspicion à notre égard devrait disparaître. De plus, toutes les grandes Obédiences ont des sites web avec une présentation de la FM, un FAQ et notamment pour le GO, une mise en ligne des réflexions des SS et des FF sur les grandes questions sociétales, ce qui permet aux profanes d’avoir de nombreuses informations sur le travail fait en Loge.

Lui : Internet étant comme les langues d’Esope, je ne sais trop quoi répondre à cette question. Le meilleur et le pire. je ne suis sur aucun réseau social et m’en trouve bien. Ils sont collants comme du papier tue-mouches ! Ceci étant, il faut utiliser les moyens de son temps. Internet mutile la voix, l’expression et par là la nuance. Il y a la barrière des langues. A moins d’en faire son métier. Sinon , attention à l’addiction !. La Maçonnerie doit user de ces moyens pour soutenir les grandes causes, à visage découvert (tant pis pour les conjoints fâchés, ils se défâcheront !); Plus discrets ? Je trouve qu’ils le sont beaucoup…

– Qu’est-ce qui t’étonne encore ?

Elle : La magie de certaines rencontres.

Lui : Ce qui m’étonne c’est de me voir encore ici, répondant à ce questionnaire.

Advertisements


Catégories :Rencontres

Tags:, , ,

10 réponses

  1. Ces deux anonymes ne seraient-ils pas au GO ?

  2. Par rapport à quoi dis tu cela Claude ?

  3. Merci à vous pour ce témoignage issu du temps… 🙂

  4. Encore deux très beaux témoignage, en miroir par rapport au précédent de la série – aux attentes et impressions que chacun avait formulé.

  5. @ Claude et Guizmo : Par rapport à l’allusion de « Elle » à la défense des idéaux du XVIIIe et aux Lumières ? Peut-être, mais en 1979, si Elle n’a pas changé d’obédience, peu de chance qu’elle y ait été initiée, du moins…

  6. En effet … Peut-être le DH alors 🙂

  7. Mais c’était le propre de la Maçonnerie, dans sa forme d’origine, telle qu’elle est née en Angleterre et qu’elle s’est dévelopée en France, de s’inscrire dans la continuité des Lumières, et des valeurs défendues par les philosophes du XVIIIème siècles, non ?

  8. Je ne suis pas assez historien pour en juger. Était-ce le but principal ? Tout à fait possible, je n’en sais rien. Par contre, ce qui est sûr, c’est que cette revendication ou cet « accent » n’est pas présent de manière égale selon les obédiences. Encore hier soir aux agapes, je parlais avec mon parrain (DH) qui, en tant que PMI et actuel Cou:., « gueule » régulièrement sur la présence de Marianne en loge, car elle n’a pas sa place dans le corpus symbolique de la FM. Il n’avait pas à m’en dire plus, je savais dans le temple de quelle obédience il travaillait !

    Voilà, tout ça pour dire que la FM est universelle sur bien des points, mais que des accents ne « trompent » pas.

    😉

  9. De part mon vécu, je me sens plus proche de Lui que d’Elle.
    Née dans la Maçonnerie dite « libérale » un peu par hasard, j’ai finalement opté pour la Maçonnerie « traditionnelle », ce qui n’enlève rien aux valeurs humanistes pas plus qu’à l’action sur le terrain profane (plus que des mots, des actes).
    Ceci explique cela, en ce qui concerne l’avis personnel que j’émets.

  10. Très bonne entrevue et intéressante .Et je dirais ceci : enfin quelqu’un qui est humble et ce porte humblement
    je fais référence à ( lui ) quand je dis cela.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :