Les débaptisations sont en hausse

secher-cheveux-homme-soins-beaute-1382658

Vous l’aurez compris depuis longtemps en lisant ce blog, je n’ai rien contre la spiritualité, si ce n’est ce que certaines églises en font. Par contre, je suis toujours intéressé par les articles qui parlent de Religion, et en particulier, de la façon dont les gens la pratiquent, se positionnent par rapport à leur foi, évoluent par rapport à l’Église, s’en désolidarisent, etc…

J’ai repéré aujourd’hui sur le site du Monde des Religions, un texte qui explique que les débaptisations sont en hausse, notamment en Italie. Alors que le conclave pour élire un nouveau pape débutera mardi, je voulais donc le partager avec vous, et vous inviter à nous dire ce que cela vous inspire.
La pratique d’une Religion, et en particulier les positions souvent conservatrices, voir réactionnaires des Églises sont elles encore adaptées à notre temps qui avance à la vitesse d’un train fou ?

Lire l’article <<<<

PS : je ne suis pas fier de mon image pour accompagner l’article, mais quand même un peu…

Publicités


Catégories :Non classé

Tags:,

18 réponses

  1. Cette réaction est d’une absurdité consommée.
    Si on ne croit pas (ou plus) aux vertus du baptême, il n’a ipso facto plus aucune valeur, même symbolique.
    Si on s’en fout, pourquoi se faire débaptiser.
    Cela va à l’encontre de la logique.

  2. Le vrai terme est « apostasie ». Celui qui commet cet acte (impardonnable aux yeux de l’Église) devient alors un apostat. Le terme « débaptisation » n’a pour moi aucun sens, car le baptême est une cérémonie rituelle qui confère un état symbolique immuable (les FF et SS qui me lisent feront sûrement le lien avec un passage spécifique de notre initiation maçonnique). Même si on faisait une seconde cérémonie pour « débaptiser » se poserait la question de la valeur symbolique. Peut-on annuler un acte ? Non. Si je mets une claque à quelqu’un, je pourrai m’excuser, mais pas retirer ma claque. Éventuellement ceci aurait un sens si l’Église elle-même présidait à des cérémonies de débaptisation, et encore… Je suis plus que sceptique…

    J’ai moi-même longtemps pensé à faire acte d’apostasie. Non pas pour annuler l’effet de mon baptême que j’ai subi à un an (puisque ce qui est fait, est fait), mais afin de ne plus apparaître, sur un plan administratif, dans les effectifs de la communauté des croyants catholiques de mon diocèse ou de France. Je m’étais renseigné sur internet mais n’étais pas allé au bout de la démarche. Pourquoi ? Franchement, je ne sais pas… Je me dis aujourd’hui que cela fait partie de mon histoire, même si je suis aujourd’hui un athée farouche… Mais en même temps, je n’exclue pas un jour de faire cet acte, qui sait…

  3. Pourquoi ne rien faire, parce que c’est stupide et démontre une étroitesse d’esprit qui n’honore pas. Personnellement, je me fiche de savoir que je suis sur les registres du diocèse où je fus baptisé.
    Et encore, c’est de la chance d’avoir été baptisé catho. Vous connaissez une religion où l’on partage le pain et surtout le vin?
    Tenez, si vous êtes musulmans, tentez l’apostasie. Si un imam de banlieue lance une fatwa contre vous, vous risquez la mort.
    Non, franchement, se faire « débaptiser confine au ridicule mais, pour citer une fois de plus l’ami Audiard : « Les cons ça osent tout, c’est à ça qu’on les reconnait ».
    Alors, si cela fait plaisir à certains pour affirmer leur indépendance, qu’ils le fassent, mais, à ce point là, la connerie, ça gêne.

  4. Je partage les positions précédentesn dés lors que l’on ne croit plus à la valeur du baptème, pourquoi faire oeuvre d’apostasie? De plus,les raisons invoquées, qui relèvent souvent des positions de la hiérarchie écclésiale reposent sur la confusion entre la dite hiérarchie et l’église elle-même qui est la communauté des fidèles (confusion similaire à celle des frères et soeurs confondant obédience et ordre maçonnique) et l’on peut très bien être critique vis à vis des dites positions tout en adhérant au message. Par contre, un point m’interroge, pourquoi veux-tu Guizmo, que l’église, qui est dans le monde, mais pas de ce monde, adapte sa vision des choses aux transformations du monde? Pour ma part, je trouve, au contraire, que c’est justement cette distance qui permet de poser sur le monde moderne un regard critique, on peut ne pas être d’accord avec ce regard, mais on ne peut remettre en cause le choix de cette position…Ceci est valable tout autant pour la franc-maçonnerie dont la force se situe dans un rituel qui nous place dans une dimension intemporelle…C’est cette intemporalité qui permet d’échapper à l’aliénation généralisée de ce monde crépusculaire…

  5. C’est un point délicat. Si l’on accorde aucune importance au baptême que l’on a reçu, ce faire débaptiser est en fait reconnaitre l’importance de ce baptême.
    En Belgique, beaucoup l’ont fait pour marquer leur désapprobation avec les subventions que l’état verse aux différentes confessions (reconnues) en fonction des registres établis. Alors qu’énormément de gens ne fréquentent plus les églises, le culte catholique est encore crédité de plus de 75% des subsides. Il y a 3 ou 4 ans, une enquête révélait 60% de catholiques dont 14% de pratiquants. 30% des gens étaient non croyants (ce qui ne veut pas dire qu’ils sont tous laïcs, et donc ne permet pas aux associations laïques de demander une meilleurs répartition des subventions accordées).
    Mais bon, avec la crise qui s’accentue, peut-être qu’un jour ces subsides disparaîtront totalement et que chaque communauté devra s’autofinancer comme en France.
    Pour terminer, il y a eu également des cas ou se faire débaptiser était une réaction aux scandales de l’églises.
    Mais le fait que claquer la porte à l’église n’empêche pas le débaptisé de toujours faire partie de la race humaine où l’on retrouve également des pédophiles et autres individus peu recommandables.
    Peut-on se faire rayer du genre humain ? Demain, je demande mon admission dans le monde des chats … non, des canards … ou des oiseaux … ou des acariens, juste pour enquiquiner les plus grands que moi.

  6. @ calvariam : Pourquoi faire œuvre d’apostasie ? Un apostat est simplement quelqu’un qui a renié sa foi publiquement. Des apostats, il y en a des milliards, moi y compris. La question est de l’officialiser ou non en demandant à être retiré des registres.

    @ PATROCLE : Ton point de vue (« chance d’avoir été baptisé catho ») vient quelque peu, et en toute fraternité s’entend ( 😉 ) invalider ta réaction qui discrédite le fait d’être retiré des registres. Pourquoi ? Parce que ton discours sous-entend que la foi catholique serait mieux que la foi musulmane (que vient-elle faire ici ?), et ce en utilisant une vision que je trouve des plus clichées : un imam de banlieue (!) qui lancerait une fatwa provoquant… la mort (re-!). Bref, un point de vue des plus partisans (qui reste un droit inaliénable cependant). Moi je trouve logique qu’un catholique soit attaché à cette filiation administrative à son diocèse tout comme je trouve logique qu’on fasse la demande à en être retiré quand on considère que les valeurs qui y sont promues ne nous correspondent plus. Le jour où un maçon ne s’y retrouve plus en FM, ne démissionne-t-il pas ? Son initiation, il l’aura reçue et personne ne pourra revenir dessus (comme le baptême), mais pourquoi resterait-il inscrit sur le livre du métier de sa loge ? N’oublions pas que l’officialisation de l’apostasie n’est qu’un acte administratif (et symbolique) qui « annule » nullement le passé (cf. analogie de la claque). Pour reprendre mon exemple personnel, ça me fait toujours quelque chose quand l’Église dit qu’elle représente X fidèles, et que ben… ils me comptent…

  7. TCF Tao, lis tout ce que j’ai écris. La chance du baptême catho c’est le pain et le vin. Bon, mon humour est peut être de 3ème zone….

  8. Je suis toujours surpris que certains portent des jugements sur des actions menées par d’autres, et sans être eux-mêmes concernés.
    Moi qui suis athée, non baptisé, je ne vois pas en quoi je suis concerné par le fait que certains baptisés demandent à ce que leurs noms soient retirés des listes des « croyants » et je vois encore moins quel droit je pourrais avoir à porter un jugement sur cet acte.

    Personne n’a jamais demandé l’avis d’un bébé pour l e baptiser. Je trouve normal que cet être humain, une fois adulte, puisse affirmer qu’il n’a jamais donné son consentement à son baptême et qu’il souhaite donc que la trace de cet acte disparaisse ( ou, à tout le moins, qu’on puisse savoir qu’il n’est pas d’accord pour être considéré comme membre de la communauté religieuse qui lui a imposé cet état. )

  9. Le jugement de Claude est tout aussi intéressant que les précédents.

  10. Deux remarques sur cet article.
    1/ Je vois que Guizmo cède aux sirènes de la pub et commence à mettre des bonzhommes à moitié à poils pour attirer le chaland. C’est scandaleux ! Bientôt des pin-ups ou pire ses sex-tapes !

    2/ N’étant pas baptisé dois je me faire baptiser pour me faire débaptiser ?

    3/ Je sais j’avais dit 2 remarques.

    4/ Je peux donc en rajouter une. Je pense que se faire débaptiser est important si l’on souhaite faire passer un message à l’institution. A titre personnel, si j’étais baptisé, je ferais cet acte pour montrer à l’église mon désaccord, même symbolique, avec ses valeurs. Quand aux danger pour l’âme, je dois dire que si Dieu accepte qu’un bout de papier signé ait plus de valeur qu’un engagement profond dans le respect de sa personne et des valeurs que les hommes lui prêtent, alors c’est un petit Dieu.
    Au-delà de cela, tout les débaptisés sont ils des non-croyants ? La chrétienté reste porteuse de valeurs importantes et notre symbolique (maçonnique notamment) est imprégné de ces valeurs. Il est facile de rejeter l’institution, plus difficile de rejeter les valeurs et encore plus difficile de rejeter Dieu.
    Une petite anecdote. Les mormons s’octroient le droit de baptiser les morts. Moi, athée convaincu, je suis prêt à me battre pour empêcher cette pratique si cela peut faire du mal à un vivant. Le traumatisme que ce baptême de force post-mortem peut engendrer chez des croyants bien-vivants justifie cette décision.

  11. Ce terme de « débaptisation » me parait totalement ridicule.
    Un peu comme si nous parlions, dans le cas d’une démission de la maçonnerie, d’une « désinitiation ».

  12. Justement c’est la question que je me pose: est on encore franc maçon après avoir démissionné ?

  13. Alors pour ceux qui n’ont pas compris la photo du monsieur qui sort de la douche, c’etait pour montrer quelqu’un qui s’essuyait la tete…. apres le bapteme, il s’essuie la tete… voila voila… 🙂

  14. Vive le baptême catho tout de même! Un peu d’eau sur la tête et puis basta. Imaginez que vous soyez « baptisés » juif ou musulman. Vous pourriez toujours demander à être rayés des listes (Impossible chez les musulmans), mais qui vous rendra votre bout de prépuce?
    Alors réclamer à ne plus figurer sur les listes du diocèse? Pour moi ce sont des gens assez tocards qui ont besoin de s’affirmer d’une façon ou d’une autre. Je sais, ce n’est pas gentils gentils mais vous remarquerez qu’en règle générale les petits esprits aiment bien que l’on parle d’eux et font tout pour ça, tout et surtout n’importe quoi. Il suffit de jeter un oeil sur le zapping pour s’en rendre compte.

  15. Je suis d’accord avec Romain article 1, mais en même temps des « bonzhommes à moitié à poils » j’en ai vu aussi tout plein dans les églises catholiques que j’ai visité..
    L’apostasie est une démarche personnelle donc à ce titre totalement respectable.
    Le baptême, même s’il permet la comptabilisation d’une quantité de fidèles par l’église (et ça me dérange franchement !) il est surtout un acte « d’amour » (en tout cas voulu comme tel) des parents vis à vis de leur enfant, et c’est cet acte là, il me semble, qui est difficile à remettre en cause.

  16. Patrocle, on les raye pas de la liste, les démissionnaires, dans ton obédience et/ou dans ta loge ? Continuez-vous à compter les gens qui se sont fait initier, sont peut-être même passés compagnons voire maîtres, mais qui on pris un autre chemin ? Chez nous, on les raye du livre du métier… Et ils ne figurent plus à l’appel. Idem quand je ne fais plus partie d’une boite ou du’une association. Je ne vois pas ce qui est choquant dans cela… Comme on l’a dit, ces démissionnaires ne sont pas « désinitiés » et les apostats ne sont pas « débaptisés ». C’est un acte administratif. Et je ne vois pas ce que la circoncision vient faire dans le débat, si ce n’est semer la confusion sur ce qu’il est vraiment : le phénomène selon lequel des baptisés catholiques demandent à ne plus figurer sur les listes d’une Eglise dont ils n’approuvent pas les valeurs et sur lesquels ils ont été inscrits contre leur gré… Moi, demain, on m’inscrit sur les listes d’adhérent de l’UMP ou du PS sans me demander mon avis, je demande à en être radié également…

Rétroliens

  1. Revue de web maçonnique hebdomadaire – 10 | GADLU.INFO

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :