Le secret en maçonnerie

cant-keep-a-secret

En maçonnerie, lors de notre initiation, sont prononcées quelques phrases de rituel qui nous imposent de garder le silence sur tout ce que nous allons découvrir en loge. Si au début de la maçonnerie, cet aspect « club des cinq » a du séduire un grand nombre de petits bourgeois qui devaient s’ennuyer en regardant les bâtisseurs finir la reconstruction d’un Londres déchiré par les flammes quelques années plus tôt, il semble qu’aujourd’hui le secret réellement imposé aux maçons soit réduit à son plus stricte minimum.

On parle aujourd’hui essentiellement de deux secrets : celui concernant ce qui s’est dit pendant la tenue, seul garant d’une pensée totalement libre, permettant d’essayer des pistes de réflexions plus ou moins originales sans peur de se tromper, puisqu’en loge personne n’est là pour juger l’autre, et le secret d’appartenance, stipulant que si chacun est libre de se révéler comme maçon, nous ne devons jamais révéler l’appartenance d’un Frère ou d’une Sœur sans son consentement, ce qui semble être la moindre des choses.
Pour tout le reste, et en particulier ce qui concerne les rituels, les cérémonies, ou la symbolique de chaque grade, de chaque rite, cela fait bien longtemps qu’il n’y a plus aucun secret, tout ayant déjà été révélé, et ayant fait l’objet d’une littérature bien fournie dont j’ai parlé voila quelque mois ici.
Il reste un secret dont on fait souvent mention, qui a trait au changement qui s’opère en nous grâce à notre travail en loge, secret très peu  communicable puisque faisant parti du domaine de l’intime. Il revient à expliquer à un tiers la saveur d’un plat ; nous pourrons tenter de la décrire du mieux possible, de revenir sur chaque ingrédient, le mélange subtile ne sera perçu dans sa totalité que par celui qui goûtera. Pour le reste, je pense qu’il n’y a finalement que très peu de limites à ce qui peut être communiqué à l’extérieur du temple ; et le premier des secrets que l’on peu briser est sans doute celui de son appartenance.

J’ai croisé beaucoup de Frères confondant le fait de ne pas cacher son appartenance à la maçonnerie avec la volonté de crier sur tous les toits que nous en étions. Il n’y a en réalité aucun rapport entre les deux comportements, l’un étant de l’ordre de vivre sans se cacher, l’autre traduisant une fierté un peu exacerbée. Au contraire, j’aurais tendance à croire que ceux qui aiment vivre leur maçonnerie comme étant une association de l’ombre, sur laquelle rien ne doit être révélé, et surtout pas le fait qu’ils en font parti, se regardent un peu évoluer dans un ordre pseudo-mystérieux, dont en réalité tout est connu de tous, et prennent beaucoup de plaisir à vivre cette Fraternité dans un secret un peu artificiel. La nécessité de se cacher n’a plus vraiment de raison d’être aujourd’hui, et ce ne sont pas les derniers actes de manifestations devant le siège du GODF qui doivent nous faire penser le contraire.
Cette décision d’accepter de se révéler ou non se prend finalement assez rapidement dans son parcours. En effet, la première fois que je me suis posé cette question, c’était pour décider de ce que j’allais faire de mes livres. Vous n’êtes pas sans savoir que nous lisons lorsque nous entrons en maçonnerie, et les différents ouvrages que l’on nous invite à nous procurer ont vite fait de s’entasser sur nos étagères. Allais-je laisser ma Symbolique du troisième millénaire, et mon Guide de l’Apprenti FM trôner dans ma bibliothèque, au milieu du salon, ou allais-je les cacher dans un placard de mon bureau. L’aspect un peu sectaire consistant à cacher mes livres m’a fait choisir de les laisser tout simplement dans ma bibliothèque, et si depuis beaucoup sont passés devant, personne ne m’a encore posé la moindre question. J’en conclu que soit les titres ne sont pas assez explicites (mais j’ai quand même quelques doutes la dessus), soit que les gens s’en fichent.

Jose Gulino disait voici quelques jours qu’il fallait être fier de son appartenance au GODF. J’aurais tendance à modérer ses propos en disant simplement que sans chercher à casser les oreilles de tout le monde en criant partout que nous sommes maçons, nous pourrions mettre un petit peu de coté le secret de sa propre appartenance qui n’a plus vraiment beaucoup de sens à notre époque, et assumer de façon un peu plus transparente, naturelle, que nous sommes membres d’une association philosophique.
Nous sommes responsables de la méfiance que les gens nous portent, parce que nous entretenons de manière un peu ridicule un secret qui n’en n’est plus un. Et si tout le monde racontait plus librement ce que nous faisons dans nos temples, des manifestations comme celles du Printemps Français et des Hommens devant le GODF tourneraient au ridicule. Aujourd’hui, les gens doutent de la nature de nos activités, car ils ont l’impression que nous leur cachons quelque chose. Ils ont raison, puisque c’est exactement ce que nous faisons.
Pourquoi ?

Publicités


Catégories :Actualités

Tags:, , ,

16 réponses

  1. La loge est un des rares endroit ou le maçon peut penser à voix haute car l’éthique que suppose l’engagement maçonnique lui permet d’exposer devant ses frères un point de vue intime puisque personnel.
    Ce secret peut donc s’apparenter au fait que les échanges qui sont fait dans le temple relèvent de l’intime, de l’initiatique et ne sont donc pas disposés à être portés au dehors.

    Ce n’est que mon humble avis.

    • Absolument, c’est a quoi je fais référence lorsque je parle du secret de ce qui se dit pendant la tenue. Je pense d’ailleurs que c’est le plus important.

      HS : j’espère que tu vas bien 😉

  2. Un aspect un peu négligé du « secret ».
    Un « impétrant », ou candidat à la FM, connait forcément quelques frères qui enquêtent sur lui.
    N’ayant encore prononcé aucun serment, est-il tenu ne ne pas révéler leur appartenance ?
    Cela semble relever de l’éthique personnelle, il me semble.
    Qu’en pensez-vous ?

    • Grumpy, lorsque tu fais tes enquêtes, tu n’es pas obligé de connaître le nom complet de la personne de la loge qui vient te voir. En général d’ailleurs, ils ne te le donnent pas.

  3. Le secret de l’appartenance me semble de plus en plus être une vaste mascarade, ou en tout cas une chose fragile, à l’heure des blogs, forums et réseaux sociaux.
    On se dévoilera largement sur untel, on manifestera dans la rue en cordon pour telle cause … mais on se cachera farouchement face à telle autre situation.

    Tout semble dépendre en fait de l’interlocuteur.
    Dans la plupart des cas, comme pour l’auteur de ce billet, mes amis se fichent de connaître ou pas mon appartenance ou de voir ou pas mes bouquins sur le sujet.
    Dans d’autres cas, comme au travail, elle se doit de rester cachée car l’anti-maçonnisme ordinaire est réel (« Oh, untel a progressé dans son évolution professionnelle, c’est parce qu’évidement il est « franc-mac », c’est toujours eux qui…).

    Avec le temps, je me suis rendu compte que je ne gagnais rien de particulier à me dévoiler. Ce n’est pas pour autant que « les gens m’aimeront plus » ou me comprendront davantage, et je me suis rendu compte que cet aveu pouvait parfois avoir un fond un tantinet vaniteux. Je n’en parle donc plus ou peu, excepté virtuellement et de manière pseudo-anonyme.
    Exception faite peut-être des rencontres sentimentales où je me dois de subtilement « tester » la sensibilité et les préjugés de mon interlocuteur/trice face au sujet maçonnique en général.

  4. Réflexion intéressant (c’est aussi comme ça que j’avais compris « le secret »), que chacun d’entre nous a sûrement eu à un moment ou un autre.
    Quelle que soit la communication, les théoriciens du complot auront de toute façon toujours du grain à moudre : si on parle, nous « n’en sommes pas », nous « ne disons pas tout », notre « grade n’est pas assez élevé », et j’en passe.

  5. Le secret autour de ce qui se passe dans la FM en terme de « politique », décrire un temple hors tenue, expliquer son histoire ou ma démarche… OK ! Mais je m’interdit de parler de tout ce qui se passe entre midi et minuit : rien sur le rituel, rien sur le sens des symboles, rien sur l’appartenance des FF et SS, rien sur le contenu des échanges… Pour une partie de tout ça, tout est dans les livres ! Je dis souvent aux gens qui me le demandent que moi je n’en dirai rien, mais que si les rituels les intéressent, ils peuvent en apprendre théoriquement plus que moi en lisant les rituels qui sont même parfois disponibles gratuitement depuis Google…

    Je suis fier d’être maçon, c’est MA démarche, et j’y suis pour quelque chose (pas comme les abrutis qui sont « fiers d’être Français » par exemple, alors qu’ils n’ont rien fait d’autre pour l’être que naître sur le sol français…). Je ne m’en cache pas si on me le demande, voir je peux me dévoiler auprès de ceux que je juge apte à comprendre. Mais de là à le crier sur les toits… Surtout en ce moment…

  6. Ouranos. Je trouve très intéressant ton point de vue.
    Ça me fait penser au secret médical.
    On dit pas mal de trucs intimes à son médecin comme hier au curé de son village.
    Et ils sont tenus au secret.
    Ça n’a jamais choqué personne. Car c’´est une question de discrétion.
    Quant à notre époque je pense qu’en effet les gens sont devenus tellement agressifs qu’il vaut mieux être discrets.

  7. « moi, j’ai des amis qui le sont, et si je peux dire certaines choses qu’ils m’ont expliqué, je ne peux pas révéler leur noms pour des raisons professionnelles ! Et je ne cache pas que les livres qu’ils m’ont passé donnent à réfléchir. Qui sait … un jour … j’en saurai plus »

    C’est souvent ce que je sors lorsque des connaissances parlent de FM sans savoir que j’en fait partie. Et si j’aborde le sujet, c’est pour rectifier quelques préjugés qui empestent le journalisme à grand tirage.

  8. Il semblerait que tous les maçons soient d’accord pour affirmer que le secret d’appartenance doit être absolument respecté.
    Un maçon ne doit jamais en révéler un autre sans son consentement.
    Ah oui ? Et qu’a donc fait le grand Maître du GO en annonçant publiquement que Jerôme Cahuzac pourrait être exclu du GO ?

    • en effet très très bonne initiative ! et pourquoi pas aller crier sur les toits que certains frères arrives au 33eme ont été radies.
      je ne sais pas quant a la chute de l’intervention de Guizmo si le fait de rendre public nos soi-disant secrets feraient que les ridicules ne manifesteraient plus devant les portes du GO
      car ils exister ont toujours puisque notre quête est de se battre contre la citadelle imprenable de la connerie, même si l’histoire nous appris qu’il n’y a jamais eu de citadelle imprenable, nous avons comment le mur de la honte est tombe, cela n’empêche a d’autre pas d’autre mur d’être érigé
      laissons aux journaleux « taxil en herbe » remplir du papier et invneter d’autres juifs, arabes, Roms, responsables de tous les malheurs du monde et continuons a rester discrets mais
      surtout vigilant car que nous réserve Demain

  9. C’est un leurre que de penser que la transparence réduit les fantasmes et les élucubrations, il suffit de faire le bilan des 33 ans de politique d’extériorisation du G.O.D.F. Le seul effet de cette politique a été de rendre flou la frontière entre le monde profane et le monde maçonnique avec pour conséquence l’entrée de certains métaux à l’intérieur du temple où de plus en plus la pensée est dictée par la pression de l’opinion publique. Nous avons beau nous répéter régulièrement qu’aucun dogme n’a le droit de citer en maçonnerie, tombant parfois dans un anticléricalisme ridicule, il apparaît que notre réflexion qui devrait uniquement être basée sur le logos (Au principe est le logos), est de plus en plus basée sur la doxa dominante du moment, peut on dés lors encore parler de liberté de pensée?

    • absolument d’accord sauf que je reste persuade que la volonte doit etre plus importante que la raison et que le maçon n’a pas a être influence par l’idée dominante du moment, il lui sera alors toujours possible de retrouver la raison,
      pourrais tu stock être plus clair sur l’entrée de certain metaux

  10. Souvent les hommes, quand ils ont un ennemi, au lieu de le tuer procèdent d’une façon bien plus perverse et discrète : il le décrédibilisent.
    Je pense que la FM part ses prises de positions sociétales et ses convictions philosophiques dérange pas mal de gens.
    Des courants extrémistes n’ont rien trouvé de mieux que de dénoncer des faits existants en FM comme dans toutes les organisations humaines nationales et de grande empleur.
    Je pense qu’ils continueront à saper l’édifice quoi que vous fassiez et qu’avec la crise cela peut s’intensifier. Et on voit bien que les masses sont prête à gober n’importe quelle connerie.
    Pour moi vous avez intérêt à garder le secret sur votre appartenance.

  11. Pour ce qui me concerne, le « secret » n’est pas dans ce qui est dit en loge – soit par exemple le rituel – ou sa propre appartenance. L’appartenance est affaire de discrétion, ne serait-ce que pour ce protéger. Le « secret » a une dimension ésotérique, avant tout : « ce qui est caché ». Je pense que la franc-maçonnerie et la plupart des franc-maçons ont oublié cette dimension, pourtant initiatique.
    http://lamaconne.over-blog.com/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :