Communiquer les planches à l’exterieur du temple ?

Security Concept. Many lock in only one door.

Que devient la planche, après qu’elle a été lue en loge ? C’est une question que Catherine Fleury a posée hier dans les commentaires de ce billet.
La planche, c’est ce petit exposé qu’un membre de la loge présente en tenue. Il dure en général autour de 20 minutes, et traite d’un sujet symbolique, philosophique, ou sociétal. Cette planche n’a pas pour objectif d’être fermée, elle ne propose aucune conclusion. Au contraire, une bonne planche doit essentiellement lancer des pistes de réflexions, elle doit donner envie aux autres membres de prendre la parole, afin qu’ils puissent l’augmenter de leurs pensées. Ainsi, comme une mosaïque qui se dessine au fur et à mesure que l’on y appose des petites pierres colorées, le sujet s’enrichit de toutes les prises de paroles qui se succèdent sans chercher à contredire les précédentes.

Mais que devient cette planche après la tenue ? Est-elle rangée dans un placard, ou bien est-elle diffusée ? En réalité, il n’y a pas vraiment de règle la dessus, et on retrouve plusieurs cas de figure.
En général, on considère que rien ne doit sortir de la tenue, y compris les planches et les discussions qu’elles ont suscitées. Ainsi, seuls les frères et sœurs présents ce jour là auront bénéficié des échanges. Certains maçons refusent, dans l’idée d’appliquer strictement cette règle, de communiquer leurs planches par mail à un membre de la loge qui voudrait la relire, ou qui n’était pas présent ce jour là. A l’inverse, certaines loges proposent la lecture de planches réalisées en leur sein au public, même profane. On en trouve beaucoup sur les sites internet des loges.
Enfin, certains magazines comme Humanisme, ou Le Maillon de la chaîne maçonnique publient dans leurs numéros des planches.
La diffusions est donc variées, mais dans tous les cas, ce n’est que la planche qui est diffusée, et il n’existe aucune trace des discussions qu’elle a engendrées ailleurs que dans l’esprit de celles et ceux qui ont participé à la tenue, qui ont écouté, qui ont pris la parole, et qui sont repartis avec une nouvelle mosaïque dans la tête sur laquelle ils pourront longuement méditer.

Doit-on ou non diffuser les planches à l’extérieur du temple ? C’est une question que chaque loge traite à sa façon. Pour ma part, j’aurais tendance à dire que la partager après la tenue avec les membres de la loge, ou à d’autres maçons ne peut qu’être bénéfique. Je comprends les arguments en faveur du « rien ne sort du temple, si tu veux savoir ce qui a été dit, tu n’avais qu’à venir », mais je trouve cela un peu désuet, au milieu de notre quotidien rempli du « tout à la communication ».

Comme disait mon ami Bouddha, c’est sans doute dans la voie du milieu que se trouve l’équilibre.

Publicités


Catégories :Actualités

Tags:, , ,

9 réponses

  1. La planche est un travail personnel, je pense que c’est à son auteur de décider de ce qu’il en fait. Ceci est différent pour des planches communes / de synthèse / sur des sujets engageant la loge.
    Par contre, tout ce qui se passe en loge autour (les questions, échanges) – reste en loge.

  2. Tu te mouilles pas trop pour dire ce que tu en penses 🙂 Sur ce genre de questions, c’est a la loge entière de voter. Que voterais tu si on proposais de publier les planches sur le site de ta loge ?

  3. Je suis d’accord avec MathieuMf…..

  4. Pour ma part, j’estime que nous n’avons pas à diffuser à tort et à travers nos planches. Si la publication dans le domaine public ne demande pas beaucoup d’explications, il s’agit simplement une trahison du serment maçonnique;la diffusion question de sa diffusion auprès d’autres frères appelle un certain développement.Le faire sans contrôler quels frères y ont accès me semble poser plusieurs questions: Il y a la question du degré de la planche au regard du grade du frère d’une part ( quand bien même il peut y avoir accès ailleurs, il n’y a aucune raison de participer soi-même à cette profanation des principes maçonniques), il y a l’usage qu’il en fait d’autre part, j’ai déjà pu entendre en loge, des copier/coller de planches pomper sur « l’édifice » ou au hasard du net (je prends soin de surfer un peu sur internet avant de me rendre en tenue), ce qui interroge évidemment sur la conception du frère de ce qu’est la démarche maçonnique bien entendu, mais qui interroge également sur la diffusion elle-même.
    Pour ma part, sans être intégriste, je limite l’accès à mes planches, particulièrement les planches symboliques, à des frères et sœurs dûment identifiés, soit en leur envoyant sur leur e-mail, soit en paramétrant mon article sur Facebook…
    Le respect du secret n’est pas simplement une pratique folklorique ou une protection de l’ordre qui n’a plus lieu d’être, il participe de l’ascèse maçonnique et doit prévenir de l’ambition, qui est un bien mauvais compagnon…C’est pourquoi la diffusion de nos productions doit être bien réfléchie et ces motivations éclaircies, il y a suffisamment de « frères » qui tirent gloire de leurs scribouillages, voir qui en vivent…(le catalogue de chez Détrad en est plein, je tairai les noms par fraternité)
    Cette acception du secret maçonnique est également valable pour mesurer les implications de la révélation de sa qualité de maçon, ou l’exhibition de ses décors sur la voie publique…

  5. Je pense, contrairement à ce qui est dit, que la planche n’est pas un travail individuel ni personnel, mais un travail commun, celui de la loge. Après, je raisonne selon mon rite qui a une position particulière sur le sujet. De plus, ce rite nous impose de présenter notre (introduction à une) planche (collective) à l’oral. Il n’existe donc pas de compte-rendu exact de ce qui a été dit en loge par le « plancheur » ni par les autres qui réagissent ensuite. Cependant, un de nos officiers, le Secrétaire, a le pouvoir de consigner par écrit ce qu’il estime être important pendant la tenue. Mise à part quelques éléments obligatoires à consigner, sa mission reste vague. Je pense que ce qui est consigné, chez nous, dépend beaucoup du Secrétaire.

    Personnellement, je suis pour qu’on ne diffuse rien de nos travaux quand ils sont symboliques (100% de nos travaux chez nous). Quand ils sont sociétaux, les loges de beaucoup d’obédiences font remonter leurs réflexions sur des thèmes qui leur avaient été imposés, et les « top of the pops » publient des synthèses et les envoient éventuellement au gouvernement, à l’AN, etc… Pas mon truc… J’y vois un mélange des genres. J’y vois moins de contre-indication pour les loges de recherche, par exemple, qui décident, dans le cadre d’une tenue maçonnique, de faire des recherches historiques sur le FM. Là, pourquoi ne pas les diffuser en effet…

  6. On peut se demander qu’apporterait au non initié d’avoir accès à ces planches.
    Concernant vos sujets traités si je comprends bien elles sont de 3 types symboliques sociétales historiques avec toutes les déclinaisons possibles.
    En admettant qu’un organe maçonnique géré les communications extérieures il pourrait y avoir un canal pour tout ce qui concerne ´histoire de la FM rassemblant les planches dans un seul site et une seule collection d’ouvrages cela pour les historiens ou les curieux, pour les planches symboliques un canal uniquement interne pour les FF et SS et pour le societal un canal public sous forme de TV maçonnique ou de radio maconnique qui permettrait d’appuyer les réflexions quotidiennes de tous les hommes de la cité car cette réflexion sociétales on a tous à y gagner. C’est mon humble avis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :