Le REAA n'a plus de secret pour moi #2

Les lecteurs les plus fidèles s’en souviendront sans doute, j’avais déjà partagé ici ma rencontre avec le REAA. Moi qui pratique habituellement le Rite Français, c’est toujours un grand moment lorsque j’ai le plaisir de vivre une tenue au REAA.

C’est ce qui s’est passé la semaine dernière, puisque j’ai profité de mes vacances pour aller assister à une des tenues d’été de la GLDF, rue Puteaux. Et comme à chaque fois, j’ai trouvé l’ouverture et la fermeture des travaux très intéressantes. S’il y a bien quelques aspects de ce Rite Ecossais Ancien et Accepté pratiqué par des Francs-Maçons de la Grande Loge de France qui me font dire que je suis quand meme plus en adéquation avec le Rite Français, je le trouve vraiment très beau.
Bien sur, j’avais d’abord pris soin d’acheter une belle cravate, parce que lorsqu’on se retrouve en présence de frères qui pratiquent le Rite Ecossais Ancien et Accepté de la Grande Loge de France, il faut être bien sapé !
La tenue était très réussie, et je dois dire que j’ai passé un excellent moment, dans un temple très beau, presque « trop » beau, trop confortable. Il faut dire que j’aime beaucoup les temples créés uniquement pour le temps de la tenue. Oui, je l’avoue, au risque de choquer certains maçons, pour moi, le temple idéal serait l’arrière salle d’un pub, ou d’une auberge, dans laquelle nous tracerions à la craie un tableau de loge sur le sol et quelques gribouillis sur les murs. J’ai toujours considéré que le temple était quelque chose qui devait être aussi éphémère qu’une tenue, et me retrouver dans un temple richement décoré, orné de magnifiques symboles, est certes un plaisir pour les yeux, mais semble me mâcher un peu le travail symbolique et l’accès à la dimension sacrée de la tenue.

J’ai été, je dois le dire, très impressionné d’assister à une tenue avec autant de personnes. Tenue d’été oblige, beaucoup de Frères étaient là et j’imagine que meme à la rue Puteaux, les loges rassemblent en général moins de monde que ce qu’il y avait sur les colonnes ce soir là. C’était très riche, et la parole a beaucoup circulé. Une très bonne expérience.

J’applaudis des deux mains certains frères qui ont pris la parole, dont l’élocution et la profondeur de la pensée m’ont laissé pantois. Je suis rentré plein de nouveaux questionnements, plein de pistes à approfondir, et c’est bien là ce que je cherche en tenue.
Vraiment ces Francs-Maçons qui pratiquent le Rite Ecossais Ancien et Accepté de la Grande Loge de France, ils sont sympas !

Publicités


Catégories :Actualités

Tags:, ,

26 réponses

  1. Mais pourquoi tu dis « le Rite Ecossais Ancien et Accepté de la Grande Loge de France » ?
    Il n’y a qu’un R.E.A.A. quelle que soit la structure maçonnique qui le pratique.
    Peut-être parce qu’il y a plusieurs variantes du Rite Français, dont « le Rite Français du Grand Orient de France » ? En fait il faudrait parler de Rites (au pluriel) Français.

    La confusion est très répandue en ce qui concerne les différences entre Rite Français Moderne 1783, Rite Français de Tradition, Rite Français Groussier. Plus les modificiations et rajouts effectués par certains Loges qui puisent parfois dans le R.E.A.A.

    Le Rite Français a encore beaucoup de secrets pour moi… 🙂

  2. Je dis cela car lors de cette tenue à la GLDF, et lors des interventions de Marc Henri, les membres de la GLDF répètent sans cesse qu’il sont des Francs-Maçons pratiquant le Rite Ecossais Ancien et Accepté de la Grande Loge de France… Mais peut-etre qu’ils perdent la memoires et ont besoin de se remémorer sans cesse ou ils sont 🙂

    • Je répondais à Guizmo à une seconde près avec Clio.

    • Oui, Guizmo, mais c’était exceptionnel : peut-être était-ce plutôt lié aux fonctions du conférencier et à la manière particulière dont il a choisi de traiter son sujet précis… il parlait du REAA, certes, mais surtout de la manière de l’interpréter institutionnellement à la GLdF.
      Je ne crois pas qu’il s’agissait là de revendiquer une pureté du rite de la GLdF, mais un rapport à la société qui caractérise l’obédience, par rapport au GO par exemple, lequel dispose déjà d’une fondation et agit bien plus de manière sociétale.
      C’est un thème qui fait vite débat rue Puteaux.

  3. Je crois que la GDLF pense pratiquer le seul vrai REAA, celui des autres Obédiences étant moins « pur »

  4. Ouais, c’est un capillotracté. -P
    A moins qu’ils pensent qu’ils en sont les uniques conservateurs ? Ou alors pour bien marqué l’identité de la GLDF au sein de la toute nouvelle CMF ? Que de supputations, que de supputations…

    Je vais aller demander des éclaircissements auprès de mes petits copains de la GLDF qui vont venir visiter ma Loge incessamment sous peu.

  5. Je pense qu’ils parlent de « REAA de la GLDF » car je mets ma main à couper que ce REAA diffère plus ou moins grandement du REAA du DH ou d’ailleurs, dont celui de la GLFF à qui ils ont pourtant donné une patente. Tiens, par exemple, je parie qu’au REAA de la GLDF on n’a pas d’autre choix que d’ouvrir les travaux avec le VLS (uniquement la Bible lors d’une tenue) ouvert au Prologue de l’Evangile de Jean, alors qu’au DH on est autorisé (voire peut-être obligé ?) à ouvrir avec le livre blanc. Rien que pour cet exemple (qui ne doit pas être le seul), cela mérite justement qu’ils précisent « REAA de la GLDF », justement par modestie, puisqu’ils ne pratiquement pas LE reaa, mais UN reaa parmi d’autres variantes. Je ne comprends pas les attaques, là…

    Pour les RiteS Français, au-delà d’un rite unique avec des variantes, je les vois comme des rites différents souchés sur une même base (Rite Français de 1783, dit « Moderne »).

    • Pour info je suis de la GLDF….Tao tu viens de perdre une main, car à la GLDF, nous pouvons ouvrir les travaux avec n’importe quel VLS( bible,torah coran..), un « livre blanc n’est un volume sacré donc n’a pas sa place chez nous. le ou les RAA sont à vivre et non à critiquer, rien ne vous oblige à venir chez nous..mais vous serrez toujours les bienvenus.
      bien Frat.^.

  6. Tao, ne pas confondre chahutage fraternel et attaques. 😉

    Réflexion faite, je pense profondément que la GLDF pratique LE REAA sur le point essentiel suivant (qui est parfois une pierre d’achoppement) : l’invocation au GADLU et le Livre de la Loi sacrée. C’est la base traditionnelle du REAA.
    Dans les Loges de la Maçonnerie libérale, que ce soit au GODF ou au DH entre autres, dispense est faite de ce point là, sans pour autant qu’il y ait eu interdiction : cela relève du choix de la Loge.

    A part cela (et aussi la pratique de la batterie écossaise ou non), le déroulement des rituels et les textes sont identiques partout où j’ai crapahuté depuis de nombreuses années et je n’ai vu aucune variante digne de ce terme, tout au moins à l’heure actuelle et dans le cadre du paysage français maçonnique.

    Voili, voulou…

    • Dans sa préface aux Rituels selon les anciens cahiers 5829 (édités par J. Simon), J-P Lassalle écrit : « Pour ce qui est de la GLdF (…), dès 1953 la Bible est remise à sa vraie place. ». Cela signifie-t-il qu’elle l’avait quittée ?

      • @Maximilien
        Je ne sais pas pourquoi la Bible aurait écartée de l’autel des serments. Mais cela ne signifie pas non plus qu’elle a été écartée mais remise à sa vraie place. Donc elle aurait pu être ailleurs (sur le plateau du VM?). Sorti du contexte, il est difficile de comprendre cette phrase.

        @Romain
        Je comprends fortement que la Bible s’ennuie, surtout quand on la voit comme une source de dogmes divers et variés et non pas dans son enseignement ésotérique. La Constitution Française s’ennuie également fortement et ses pages servent aussi de papier à pétard. C’est comme çà ! 🙂

    • Oui souvent la Bible s’en va faire un petit tour, parce qu’elle s’ennuie un peu mais elle revient toujours. Parfois quelques pages manques (souvent pour servir de feuille à rouler pour pétard) et c’est comme ça que le message devient incompréhensible. Putain de drogué ! ! !

  7. Pour avoir connu les deux REAA (au DH et à la GLDF mais aussi au GODF, à la GLTSO, GLSDRS*), il y a des variations mais il m’a semblé que l’esprit était le même. On dit souvent que le REAA est un et unique mais même au sein de la GLDF, j’ai noté plein de micro-variations même si les mots et paroles sont globalement identiques. Mais c’est vrai que beaucoup de pratiquant du REAA disent souvent « nous maçons de rite écossais ancien et accepté ». J’ai jamais trouvé d’où venait ce type de langage qu’on ne retrouve pas chez nous les maçons de « Rite Français de Référence du GODF mais un peu bidouillé parfois mais pas trop quand même »

    Romain

    *GLSDRS: Grande Loge Symbolique Du Romain Supérieur (obédience en création)

    • Ben moi on peut souvent me voir écrire « en tant que maçon au ROS », parce que mon rite (qui est le seul que je connaisse pour l’instant) me semble tellement particulier sur plein de petits détails au vu de ce que je lis par ailleurs, que je sens qu’il n’est pas représentatif du PMF. Du coup, je préfère préciser…

  8. Juste un petit message pour confirmer que « le REAA de la GLDF » était une constante pendant ces tenues d’été. Je ne l’avais pas entendu avant (et je n’ai jamais non plus entendu « le RF du GODF » ou « le REAA du DH ») … 😀
    C’est peut être un effet « tenue d’été » – histoire qu’on se rappelle bien où nous étions.
    Guizmo, tu as en tout cas eu de la chance, cette Tenue était vraiment superbe, celle que j’ai préféré parmi les 5 auxquelles j’ai assisté à cet occasion.

    • Comme Irène, j’ai pas mal crapahuté, notamment au REAA, mais comme Romain, j’ai constaté des différences, parfois notables, et pas seulement à propos de l’absence ou de la présence de la Bible.

      J’ai pu voir au moins trois versions de la cérémonie d’initiation et deux de celle de passage au grade de compagnon.
      Et quelques autres différences, comme le fait que l’épée flamboyante soit brandie, ou pas, au dessus de la tête du véné lors de l’ouverture des travaux.

  9. En réponse à claudestmalo 🙂

    Rhooo ben alors, je viens d’apprendre que je brandis l’épée flamboyante au dessus de ma tête, et je ne le savais point !!! Coluche, viens à notre secours…

    Pour info, on ne brandit pas l’épée au dessus de sa tête,mais on l’élève vers le haut sur sa gauche, pendant que le maillet est dirigé vers le bas sur le plateau, sur sa droite.
    En simple rappel de « ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ».
    Oubliez le faste pour vous attacher à la symbolique.

    Vous pouvez m’envoyer vos dons sur mon compte privé pour vous donner des cours de comment comprendre la symbolique en Loge et ne pas dire (ni faire) n’importe quoi. Mais il n’y a pas de SAV, hein !

    😀

    • Mais visiblement, ce qui est décrit là avec l’épée flamboyante, peut être absent de certains rituels REAA… Il y a donc bien plusieurs versions…

      Et pour économiser Claude, je vais répondre ce qu’il aurait répondu si je ne lui avais pas coupé l’herbe sous le pied : Les Tables d’Emeraude d’Hermès Trismegiste sont très largement sous-traduites quand on dit « Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas » puisque les termes de latin populaire utilisés sont « superius » et « inferius » qui ont un sens beaucoup plus vaste (supérieur/inférieur, avant/après, avant/arrière, etc.) 😉

  10. Cher Tao, il n’y a pas des « Tables d’Émeraude » au pluriel, mais une seule « Table d’Émeraude ».
    Ta vision des « plusieurs versions » n’est pas très juste car il n’y a qu’une seule version comme un seule Règle.

    Si on continue à penser « inférieur » et « supérieur » en terme dual, on est pas sorti de l’auberge. C’est l’enseignement de la Table, et si tu n’es pas d’accord, à toi de faire une nouvelle traduction selon Tao.
    Tu en profitera pour nous expliquer, dans ta traduction, le chemin alchimique.

    Ps : Les termes latins ne traduisent aucunement l’enseignement ésotérique.

    Douce nuit à toutes et tous.

    • Ma Très chère Soeur Irène,

      Quelle fougue.
      J’ai utilisé le mot « brandie » à propos de l’épée flamboyante. Ce terme était mal choisi en effet, et tu corriges, justement, en disant qu’elle est élevée au dessus de la tête.
      Tu précises que le maillet est dirigé vers le bas. Je regarderai avec attention lors de mes prochaines visites au REAA car je ne suis pas persuadé d’avoir vu ça partout et je suis même presque certain d’avoir vu souvent le maillet dirigé vers le haut, mais il est vrai que je n’avais, alors, aucune raison de prêter particulièrement attention à ce détail.

      En ce qui concerne la Table d’Emeraude, je vais compléter ce que dit Tao.
      Le texte exact est
      « Quod est superius est sicut quodest inferius et quodest inferius est sicut quodest superius »
      Mes huit ans de latin, même s’ils sont fort lointains, me permettent de comprendre cette phrase simple et de la traduire.
      Certes, cela signifie bien ce qui est en haut est comme ce qui est en bas.
      Mais cela signifie aussi ce qui est supérieur est comme ce qui est inférieur, avec les mêmes sens qu’en français, c’est à dire supérieur ou inférieur parce que situé géographiquement plus haut ou plus bas ou/et situé hiérarchiquement plus haut ou plus bas.
      Enfin, cela signifie encore ce qui est avant est comme ce qui est après.

      Quand on lit cette phrase de cette façon on n’est précisément pas dans une interprétation duale.
      L’interprétation duale me semble plutôt être du côté de ceux qui traduisent inferius par « en bas » et superius par « en haut », sans voir que ces deux mots ont plusieurs sens.

      Et je ne crois pas que Tao pense qu’il y a plusieurs versions de la Table d’Emeraude, même s’il emploie abusivement le pluriel. Ce qui est pluriel, c’est le sens des mots, pas les versions du texte.

  11. Je parle bien évidemment de la Table d’Émeraude, je l’ai mise au pluriel par erreur, mais ça ne change rien au fond de mon propos, on parle bien du même texte. Bien sûr que la traduction « haut/bas » est également correcte. Mais ce que j’ai pu entendre et en comprendre, c’est que ce serait une sous-traduction. Car les termes latins recouvriraient plusieurs sens que « haut/bas » ne traduisent pas entièrement. Alors oui, on n’est pas sorti de l’auberge, mais c’est justement ce qui semblait intéressant avec ce point de vue. Je ne vois pas tout de suite (mais il est vrai que je n’ai pas de maîtrise ès alchimie) en quoi la traduction que je rapporte ci-dessus (j’ai dit « que je rapporte » car je n’ai pas la prétention de parler le latin populaire) vient contrecarrer l’interprétation selon l’alchimie… Je dirais même au contraire…

    • Moi qui ne suis pas latiniste, je trouve intéressant de voir que sur le site de traduction latine du couple italien Olivetti (http://www.grand-dictionnaire-latin.com/dictionnaire-latin-francais.php), quand on demande « superius », ils proposent :
      « 1 plus derrière
      2 plus en haut »

    • Il semblerait que, comme beaucoup, tu fasses une confusion entre « latin populaire » et « bas latin ».
      Cela n’est pas la même chose.

      Le latin populaire est une affaire de niveau de langue. C’est le latin qui était parlé par les couches populaires, en gros dans l’empire romain.

      Le bas latin est le latin parlé et surtout écrit, en gros toujours, du IIIème au VIIème siècle.
      Toute langue évolue, le latin n’a pas échappé à la règle et des mots comme superius ou inferius, employés dans le texte dont nous parlons, n’existent pas en latin classique.

    • J’avais juste compris que ce n’était pas du latin classique. Je pensais en effet que c’était écrit dans un latin « moins soutenu » que j’avais qualifié de « populaire ». Je crois comprendre désormais que c’est un latin qui a évolué par rapport au latin classique (que je situe peut-être à tort avant JC) mais qui était celui de référence de son époque. Me corriger si j’ai encore mal compris quelque chose.

  12. Tu n’as pas tort, dans la mesure où l’on considère généralement que le latin classique a été utilisé jusqu’au début du 1er siècle.
    Cependant on trouve des textes rédigés en latin dit classique jusqu’à la fin du 2ème siècle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :