Questions à Jean Tuffou, 2eme GM adjoint du GODF

Le 29 mai dernier, Jean Tuffou, le 2eme GM adjoint du GODF, s’occupant notamment de tout ce qui touche à la culture, était au micro de Jean-Luc Pujo pour un interview donné au site politique-actu.com dans le célèbre temple Lafayette.

Je n’avais pas pris connaissance de cet interview, mais voici qui est chose faite !
Jean Tuffou nous expliquera ce qu’est la Franc-Maçonnerie, et en particulier la maçonnerie au sein du Grand Orient de France, reviendra sur les rapports entre Religion et Franc-Maçonnerie, et quelques points d’actualité.

Publicités


Catégories :Actualités

Tags:, , ,

22 réponses

  1. Je ne vois pas la différence entre la maçonnerie « adogmatique » et les « autres »…Pour le reste, il déroule parfaitement sa tirade, le journaliste lui passant les plats…

    • La maçonnerie que l’on qualifie d’adogmatique, ou libérale, est la maçonnerie qui n’impose aucune croyance en quoi que ce soit, et accepte les athées les plus convaincus.
      Chacun y est libre de croire en ce qu’il veut.

  2. Je ne connais aucune « maçonnerie », en France en tout cas, qui impose une quelconque croyance à ces membres ou postulants, même travaillant au R.E.R. (tout juste vous prévient-on de l’orientation chrétienne du symbolisme de ce rite). Pour ma part, je travaille au R.E.A.A. dans un atelier de la G.L.D.F., il y a parmi mes frères des hommes de toutes confessions et croyances, y compris des athées. Auparavant, je travaillais au R.F. dans un atelier du G.O.D.F. et ce dont je peux témoigner, c’est que j’ai trouvé plus de tolérance et de respect des convictions des autres à la G.L.D.F. qu’au G.O.D.F., j’ai même quitté cette obédience pour cela, fatigué de la complaisance vis à vis de certains laïcards extrémistes, fatigué du « à bas la calotte » et autres bêtises déplacées… Il ne suffit pas de s’affirmer adogmatique ou libérale pour l’être effectivement…D’ailleurs, quand on y songe, ce barbarisme « adogmatique » lui-même est daté et correspond au convent de 1877 et l’abandon de la référence au G.A.D.L.U., il constituait, déjà à l’époque, un élément de langage chargé tout à la fois de valoriser la G.O.D.F. tout en disqualifiant ses opposants (ou simplement ceux qui souhaitaient travailler autrement, la préoccupation hégémonique étant déjà présente à l’époque), l’histoire n’est qu’un perpétuel recommencement… La bonne question à se poser c’est « existe-t-il une maçonnerie dogmatique qui justifierait que d’autres se qualifient d’adogmatiques? » la réponse est non, au moins en France (connaissant des frères de toutes obédiences y compris de la G.L.N.F. je peux le certifier), et celles et ceux qui ne peuvent dépasser « G.A.D.L.U.= Dieu » et « Prologue de Jean= Bible chrétienne » font preuve de malhonnêteté intellectuelle ou n’ont rien saisi de la démarche maçonnique…

    • La GLNF est un mauvais exemple, puisque revendiquant sa filiation avec Londres, elle affirme dans sa règle en 12 points (qui ne sortent de nulle part…) qu’il faut croire « en un principe créateur, qui est Dieu ». C’est la seule obédience imposant un dogme à mes yeux. Toutes les autres laissent totalement libre l’interprétation concernant la nature du GADLU. Notons que la GLU d’Angleterre n’impose même plus cette croyance depuis 1989 à ce que j’ai compris…

  3. J’ai assisté à une initiation au RER.
    Il faut, pour être admis dans une loge travaillant à ce rite, se déclarer chrétien, à moins que je n’ai rien compris.
    Si j’en crois ce qu’écrit Calvarian, il n’est pas indispensable de croire en Dieu, même à ce rite.
    J’en conclue donc qu’on peut être chrétien sans croire en Dieu.
    C’est pour le moins paradoxal, non ?

  4. Et encore la G.L.N.F., c’est sur le papier! Au moment où, ayant décidé de changer d’atelier, je m’interrogeais quand au choix de mon nouvel atelier, j’ai justement posé cette question à des frères de la G.L.N.F. (ayant une perception du G.A.D.L.U. légèrement différente de l’équation G.A.D.L.U.=Dieu), ceux-ci m’ont assuré que ce point souffrait une acception plus large que celle à laquelle on peut s’attendre…

    • C’est un peu l’histoire de l’assureur qui te fais signer un document en te disant … Ce n’est qu’une formalité, ce n’est pas appliqué… Jusqu’au jour ou tu te trouves en bute à l’application du paragraphe écrit en tout petit et ou tu ne peux rien faire … T’as signé.

      Le premier point de la règle en douze points, à la GLNF est explicite

      La Franc-Maçonnerie est une fraternité initiatique qui a pour fondement traditionnel la foi en Dieu, Grand Architecte de l’Univers.

      Cette phrase est extraite du site de la GLNF.
      Alors, que ce point « souffre une acception plus large » … Mouais.

  5. Chacun gère comme il veut sa conscience. Mais si je prête serment, je m’engage à le respecter. Si je m’engage dans une obédience qui déclare qu’il est important de croire en Dieu et que je n’y crois pas… ben je m’y engage pas.

  6. @ Tao: Oui tout cela est vrai, mais c’est alors entre toi et ta conscience, et non un « dogme » qui te serait imposé…C’est pourquoi la profession « d’adogmatisme » demeure spécieuse…

  7. Je n’aime pas non plus l’utilisation à tout va du terme « adogmatique » et ne l’utilise pas pour décrire ma vision de la FM, mais ce que je trouve spécieux, c’est l’argument selon lequel une organisation qui nous ferait prêter un serment selon lequel la croyance en Dieu est obligatoire ne serait pas dogmatique, sous prétexte que ceux qui le prêtent ne sont pas censé croire à ce qu’ils jurent… Ça, c’est que j’appelle un argument tordu…

  8. C’est dans l’acception du terme « Dieu » que tout réside…Qui est en mesure de dire, c’est ceci ou cela? Mais si l’on en est à refuser même le terme, mieux vaut effectivement passer son chemin… »Deus sive Natura » comme disait Baruch…

  9. Tout à fait d’accord, excepté que le concept de Dieu est défini par la GLNF : c’est un « Être Suprême » qui a une « volonté révélée ». Avouons que Spinoza est déjà dans les choux et que la définition se réduit clairement à une interprétation théiste. Même pas déiste. Après, une fois encore : chacun fait comme il veut et est libre de prêter serment et de croiser les doigts à ce moment du serment…

  10. Pas moyen de visionner cette vidéo, meme sur Daily Motion….

  11. J’avoue que je suis très perplexe quant aux explications de Calvariam.
    La situation me semble pourtant assez simple.

    Certains maçons n’invoquent pas le GADLU. Pour eux, peu importe donc la définition de ce concept puisqu’ils ne sont pas concernés directement.

    D’autres invoquent le GADLU.
    Parmi eux, deux cas :
    Ceux pour qui le GADLU et Dieu se confondent, obligatoirement ( c’est le premier point de la règle en douze points, acceptée à la GLNF mais pas seulement )
    Ceux pour qui la définition du GADLU est laissée à l’appréciation de chacun.

    Simple non ?

  12. Simple mais faux. Pour la G.L.D.F.: le premier point est « la G.L.D.F. travaille à la gloire du G.A.D.L.U., sans plus de précision renvoyant à un principe organisateur au sens large, elle parle également de volume de la loi sacré, sans parler de révélation. Pour la G.L.N.F., le premier point est: « La Franc-Maçonnerie est une fraternité initiatique qui a pour fondement traditionnel la foi en Dieu, Grand Architecte de l’Univers. » Sans plus de précision quand à la nature de « Dieu », quant au fondement traditionnel, il renvoie aux constitutions d’Anderson. Elle précise en point 6 que : »La Franc-Maçonnerie impose à tous ses membres le respect des opinions et croyances de chacun. Elle leur interdit en son sein toute discussion ou controverse politique ou religieuse. Elle est ainsi un centre permanent d’union fraternelle où règne une compréhension tolérante et une fructueuse harmonie entre des hommes qui, sans elles, seraient restés étrangers les uns aux autres. », elle parle également simplement du volume de la loi sacrée. Pour la G.L-A.M.F., il est indiqué:  » La franc-maçonnerie traditionnelle, pratiquée à la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française, est une fraternité initiatique qui repose sur la foi dans un Etre Suprême exprimée, au-delà des dimensions confessionnelles, sous le nom de Grand Architecte de l’Univers.  » Quant à la G.L.I.F., qui , seule, se réfère à « La croyance en Dieu, Grand Architecte de l’Univers et en Sa volonté révélée » elle précise toutefois : »les « Land marks » ne sont pas des dogmes, car la Franc-maçonnerie ne se réclame pas d’une révélation spécifique à une religion déterminée. Elle rappelle seulement qu’en
    Occident, l’ensemble des révélations est né de la tradition biblique.
    De ce fait, la Franc-maçonnerie régulière est par nature « adogmatique ».
    Finalement les plus dogmatiques quant à ce qu’il faut entendre par G.A.D.L.U. sont les obédiences qui ne s’y réfèrent pas et qui, l’assimilent uniquement au Dieu révélé biblique…Ce qui nous renvoie à mon premier commentaire.
    Demeure le fait qu’en maçonnerie, il n’y a nullement la place pour l’athée stupide et le libertin irréligieux…Que viendrait-il faire là alors qu’il ne croit en aucun principe ordonnateur, aucun principe d’unité, au hasard absolu? Etant dans l’état dans lesquels le hasard de sa naissance et de son parcours l’ont conduit, que cherche-t-il à améliorer? et selon quel archétype, quel idéal? En fait son éviction n’est pas tant due à un refus de l’accueillir qu’à son impossibilité de saisir les outils que l’initiation mettent à sa disposition…(Cette impossibilité de saisie explique peut-être d’ailleurs le besoin d’engagement « sociétal » en tant que maçons de certains frères et sœurs qui voient là la raison de leur engagement, phénomène plus rare dans les obédiences qui ne se consacrent qu’au symbolisme sous l’égide du G.A.D.L.U., leurs engagements sociétaux (qui sont souvent importants) s’effectuant à titre personnel au sein du monde profane…

  13. Faux aussi. Parce que la GLNF ne reconnait comme régulière que l’UGLE et que cette dernière est claire quant à la nature du GADLU (God / Supreme Being / revealed will). Et je trouve tout à fait tiré par les cheveux, après avoir expliqué qu’on pouvait prêter serment sans croire à ce qu’on disait, de dire que « Dieu » n’est pas défini dans la Règle de la GLNF. Dieu, c’est Dieu. Surtout avec une majuscule. Si on veut ouvrir l’interprétation, on utilise les termes comme « Être Suprême / Principe Créateur / etc. »

  14. Où ai-je écrit que l’on pouvait prêter serment sans croire à ce qu’on disait? Il ne faudrait pas me prêter des paroles qui ne sont pas les miennes ! Et ce n’est pas vrai que « Dieu » a une acception univoque à la G.L.U.A., comment pourrait-il en être ainsi puisqu’elle a compté et compte toujours dans ses rangs des frères issus des divers horizons de l’Empire britannique! En fait vous pouvez chercher, il n’existe pas d’obédience en France aux principes élevés en dogmes…La mise en avant de leur adogmatisme par les obédiences « libérales » (je le mets entre parenthèses car le problème est le même que pour « adogmatique ») ne repose sur rien, sinon de disqualifier les opinions et convictions des autres en les qualifiants de « dogmes », c’est tellement plus simple! D’ailleurs cette obsession à voir du dogme dés qu’une conception les dérange (la montée en épingle de cette histoire de rappel sur les feuilles d’émargement de la C.M.F. que l’on travaille à la gloire du G.A.D.L.U. par le G.M du G.O.D.F. en est la parfaite illustration) est une attitude paradoxale, car sectaire et dogmatique…Et au delà des constitutions et des appareils, je le dit encore une fois (la répétition n’est pas inutile semble-t-il en la circonstance) j’ai rencontré la plus grande tolérance chez les frères travaillant à la gloire du G.A.D.L.U., autant, sinon plus qu’au sein des obédiences se proclamant « adogmatiques » où l’on trouve nombre de laïcards à la tolérance des plus limitée, aimant bouffer du curé et jeter à bas la calotte…Je crois que Saint Matthieu chap7 verset 3 à 5 est approprié: « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? Ou comment peux-tu dire à ton frère : Laisse-moi ôter une paille de ton œil, toi qui as une poutre dans le tien ? Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras comment ôter la paille de l’œil de ton frère. » En fait l’athéisme, dés lors qu’il est certitude d’être l’unique vérité, est également un dogme…(Généralement il s’appuie sur le positivisme, doctrine dépassée et sur des concepts scientifiques mal digérés…)

    • Quelle belle suite de préjugés… Je suis athée et revendique d’avoir choisi une loge où on ouvre ALGDGADLU(…). Et je suis athée. Et cette considération que Dieu (avec ou sans majuscule) n’existe pas, ce n’est pas une vérité que j’assène, c’est mon intime conviction. Et si mon ordre est qualifié de « libéral », je dirai que c’est parce qu’il est mixte. Pour tout le reste, on partage plus de points commun avec la GLTSO ou la GLDF qu’avec le GO.

      Ceci étant dit, et maintenant que j’ai précisé « d’où je parle », on ne m’enlèvera pas de l’idée (aujourd’hui, du moins) qu’obliger un Frère à prêter serment sur un GADLU qui serait Dieu, un Être Suprême avec une volonté révélée revient à faire prêter serment sur un dogme, puisque c’est considéré comme une vérité intransigeante au sein de l’obédience. Et s’arranger en interprétant la notion de Dieu revient à renier ledit serment. Et je n’ai pas dit que Dieu était univoque, j’ai dit qu’il n’était pas équivoque. Et si on définit Dieu à la GLNF comme le plus petit dénominateur commun de ce qu’on entend par Dieu aux quatre coins du monde, alors cette définition resterait dogmatique à mes yeux, car assénant une vérité et fermant certaines portes à l’interprétation du symbole du GADLU.

  15. Qu’il existe, chez certains maçons dits « adogmatique », une certaine forme de sectarisme et un certain manque de tolérance, oui, cela existe, et je l’ai déjà vu, mais cela n’en fait pas une généralité.

    Ce manque d’ouverture existe aussi, « dans le camp d’en face ». J’ai rencontré parfois, chez certains FF:., en particulier dans certaines loges travaillant au RER, le même genre de comportement. Ma maçonnerie est la seule vraie, si tu ne partages pas mes vues ( notamment sur Dieu ) tu n’es pas vraiment maçon.
    Cela, non plus, n’est pas une généralité.

    Et comment considérer l’attitude de la GLNF qui ne reçoit personne et ne visite ( officiellement ) personne ?

    Tu conclues en disant que l’athéisme « dés lors qu’il est certitude d’être l’unique vérité, est également un dogme… » Ben oui … Cela me semble aller de soi. Si l’on présente une opinion comme une vérité indiscutable et allant de soi, dès l’instant où l’on prétend que sa propre opinion est la seule valable, on est absolument porteur d’un dogme.
    Mais, à part peut-être au comptoir du café du Commerce, je ne crois pas avoir entendu un athée tenir ce genre de propos, ou alors, il s’agissait de l’athée stupide dont parlent les constitutions d’Anderson.

    Je me dis athée.
    Je ne dis pas Dieu n’existe pas.
    Je dis, je vis très bien ma vie sans Dieu. Je ne comprends pas ce concept de Dieu et je n’en ai pas besoin.

  16. @Tao, il n’existe aucune obédience qui a une approche aussi sectaire, je le répète encore: la franc-maçonnerie dans son ensemble est par nature adogmatique et laisse, depuis toujours, une interprétation large quant à la nature du G.A.D.L.U. De plus il ne s’agit pas d’obliger quiconque, nul n’est forcé d’entrer dans une obédience plutôt qu’une autre. Enfin, le serment n’est pas prêté sur le G.A.D.L.U. ni à Lui (nous ne sommes pas Moïse…) mais face à soi-même, devant les frères assemblés, et sur le livre de la Loi Sacré qui représente bien autre chose que la Bible (il est d’ailleurs d’usage de pouvoir remplacer celle-ci lors du serment). Quant à ce qu’on entends par Dieu, si je te suis, il n’y a qu’une possibilité et une seule que tu rejette, ne serais-tu pas un tantinet dogmatique dans ton approche? Le problème, quand on se réclame de l’adogmatisme, c’est de voir des dogmes dans toute opinion différente de la sienne…

    @claudesmalo : Hélas je crains que tu ne sorte pas assez! Des athées de cet acabit, j’en ai croisé plus d’un, il suffit d’ailleurs de lire les commentaires des articles concernant les sept points mis en place par la C.M.F. pour s’en rendre compte…

    Quant à la G.L.N.F., Il s’agit plus d’une conséquence de la règle d’une Grande Loge par pays qu’un quelconque problème de dogmes et de croyances…

    Quant l’expression de ton athéisme, tu te dis athée, bien, tu ne dis pas Dieu n’existe pas, bien, tu dis que tu vis très bien ta vie sans Dieu, o.k. mais voilà que tu réduit Dieu à un concept, ce qui, du coup, invalide la première partie de ton propos…C’est une chose de discuter de tel ou tel concept à propos de se que recouvre le vocable « Dieu », le réduire par contre à un concept c’est nier la possibilité même de son existence et ce, de quelque nature que ce soit…

    un dernier point, puisqu’on en est aux confidences, je suis pour ma part Panenthéiste…

    • Je ne me suis jamais, dans aucun de mes commentaires, revendiqué « adogmatique ». Il me semble même avoir écrit : « Je n’aime pas non plus l’utilisation à tout va du terme « adogmatique » et ne l’utilise pas pour décrire ma vision de la FM ». Dur, dur de lire, hein ?

      Je ne pense pas être dogmatique étant donné ce que j’ai écris dans un précédent message (je vais me reciter, parce que j’ai l’impression que tu n’as pas lu ces phrases) : « Et cette considération que Dieu (avec ou sans majuscule) n’existe pas, ce n’est pas une vérité que j’assène, c’est mon intime conviction. » Je vais vraiment douter du fait que je sois lu…

      Enfin, je t’invite à visiter les rites que tu ne connais pas puisque dans le serment que j’ai prêté, le GADLU est mentionné deux fois, dont la première fois dans la phrase : « J’invoque le Grand Architecte de l’Univers ». Seulement chez nous, il n’est jamais défini de manière clivante (Dieu, Principe Créateur, etc.). Mieux, il est dit de ce concept dans le deuxième article de nos constitutions qu’il est : « un symbole de l’absolu, de l’infini et de la perfection, liant entre eux tous les membres de la confrérie par delà les concepts religieux, métaphysiques et philosophiques de chacun. Le GADLU est le symbole essentiel compréhensible par tous par lequel la FM affirme la dimension spirituelle de la vie. » Bref, une définition ouverte.

  17. concept : définition du Robert :
    représentation mentale générale et abstraite d’un objet.

    Objet ; Tout ce qui se présente à la pensée; qui est occasion ou matière pour l’activité de l’esprit.

    Dieu n’est pas un concept ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :