La marche citoyenne

648x415_rassemblement-soutien-charlie-hebdo-place-republique-7-janvier-2015

Dans ce climat si particulier qui règne en ce moment, je reprends la plume pour partager avec vous un avis sur la marche organisée ce Dimanche.

Je regrette beaucoup que cette marche, censée rassembler TOUS les Français autour des valeurs qui sont les notres ait été récupérée par la Politique. Si comme le gouvernement, je ne suis pas pour la présence de membres du FN dans les rangs, je suis contre le fait de s’etre rassemblés derrière des partis, d’en avoir convié certains et pas d’autres.
Tous les Français, en tant que Français, doivent etre appelés à marcher ensemble. Les Partis Politiques n’ont rien à voir là dedans, à mon avis.

Je profite de cette prise de parole rapide pour partager avec vous une intervention que j’ai trouvée pleine de bon sens, il s’agit de celle de Robert Badinter qui comme à son habitude sait trouver les mots justes et garde l’esprit affuté lorsque beaucoup cèdent à l’unanimisme, les passions et la colère.

Publicités


Catégories :Chroniques

Tags:,

7 réponses

  1. Je ne sais ce qu’il en sera à Paris, mais ici à Clermont-Ferrand, la consigne est « pas de banderole », juste des panneaux « Je suis Charlie ». Un bon point pour éviter la récupération politique.

  2. Rien à ajouter à ce qui a été dit.
    Juste être là pour témoigner.

  3. Le gouvernement (que je ne suis pourtant pas prompt à défendre) n’est pas contre la présence des membres du FN. Hollande et Valls ont été clairs suite à l’annonce de Marine Le Pen qui se disait « non conviée » suite aux propos de Cambadélis (PS, pas gouvernement) : toutes les personnes qui vivent sur le territoire, françaises ou pas, sont conviées.

    Je partage l’avis que les partis et les syndicats n’ont rien à y foutre. On verra demain. Pas de banderoles ni drapeau, uniquement des pancartes « Je suis Charlie » et des crayons : c’est la consigne dans la majorité des villes de France.

    Quant à Badinter, je l’ai écouté dans ma voiture. Je voue une admiration sans borne pour cet homme qui s’est élevé contre la peine de mort il y a plus de trente ans et qui se bat aujourd’hui pour le maintien de la dignité dans la détention. Un grand homme, c’est certain. Mais je me suis étranglé dans ma voiture en l’écoutant sur Inter ! Accompagné d’Abdennour Bidar, ils ont encouragé les musulmans vivant en France à se mobiliser en masse samedi. Comme certains l’avaient fait suite à la décapitation du Français par Da3esh… C’est insupportable. Ces deux assassins n’étaient pas des musulmans ! C’étaient des déséquilibrés qui ont emprunté le chemin du terrorisme sous sa forme djihadiste pour exprimer leur troubles. Rien de plus ! Qu’ont à voir les musulmans avec cela ? Se mobiliser en tant que musulman laisserait entendre que l’Islam a un rapport avec cet attentat. Badinter… merde ! Sans déconner… On ne peut pas prôner d’un côté la France républicaine « Une et indivisible » et ne pas reconnaître les confessions religieuses d’un point de vue constitutionnel, et de l’autre se rappeler que certains sont musulmans quand deux d’entre eux (trois avec Coulibaly) commettent des attentats… Je crois vraiment que Robert Badinter, une fois n’est pas coutume, s’est trompé. Quant à Bidar…

  4. Et bien moi, je ne crois pas, justement. Dans les premières heures, j’ai eu tendance à penser comme toi, et dire que les musulmans devaient aborder le problème en tant que citoyens français, républicains, mais pas en tant que musulmans. Et finalement, je pense maintenant que si, en tant que musulmans, ils devraient prendre la parole.
    Non, effectivement, les actes qui sont commis, meme s’ils sont fait soit disant pour venger l’affront fait au Prophète, n’est pas un acte marqué du sceau de l’Islam. L’Islam condamne le meurtre, point.
    Donc effectivement, de ce point de vue, les musulmans ne sont pas concernés.

    Mais, il faut quand meme reconnaitre que du coté des Djihadistes, c’est en se basant sur une soit disant lecture stricte du Coran qu’ils justifient leurs actes. Il ne faut donc pas se mettre la tete dans le sable et accepter que le Coran, le livre des lois de l’Islam, est le fondement du Djihad, meme si ce fondement est dans les faits une manipulation de ce que l’on trouve dans le Coran.
    Les responsables d’Al Quaida, eux memes, expliquent qu’ils ont en France des imans travaillant pour eux, dont le but est de tenter quelques interprétations extrèmes du Coran, d’y voir les reactions, de repérer ceux qui y sont sensibles, de les pousser dans un endoctrinement et de les présenter, une fois prets à suivre aveuglément le mouvement, à des responsables d’organisations terroristes.
    Avoir des voix de musulmans qui s’elèvent dans ce conflit pour montrer leur indignation, pour exprimer leur désaccord, pour crier leur colère, c’est montrer qu’ils ne laisseront pas une bande de malade s’appuyer sur leur Religion pour justifier leur combat Politique. Il y a d’un coté la spiritualité, et d’un autre la soif de conquete. En s’affirmant comme Musulmans solidaires, en exprimant leur appartenance à un Islam qui condamne les actes passés, on peut chercher à séparer la dimension spirituelle, tout à fait respectable, de la dimension Politique que des fous veulent lui accoler.

    Les jeunes musulmans sont perdus. Ils sont des centaines à s’etre opposés à la minute de silence en scandant que c’était bien fait pour Charlie Hebdo. Sont-ils tous des candidats au Djihad ? Non ! Par contre, ils ne font pas la différence entre la Spiritualité et la Politique.
    Ils sont trompés, parce que personne finalement leur explique ce qu’est pratiquer une Religion de paix. Il faut leur expliquer, et pour cela, il faut que leur imam prenne la parole.

  5. On ne m’entendra pas dire que l’Islam (au singulier) est une religion de paix, qu’il (toujours au singulier) condamne le meurtre. L’Islam (encore au singulier), c’est une constellation de façon de célébrer un livre, le Coran, et la parole qu’il délivre. Ce Coran est un fourre-tout. Et il n’y a pas besoin d’interpréter ou je ne sais quoi pour y lire des appels au meurtre, noir sur blanc. Ce n’est pas une question d’interprétation. C’est une question de savoir, comme pour la Torah ou la Bible, ce qu’on laisse délibérément de côté parce que c’est obsolète. L’Islam, comme « le » christianisme ou « le » judaïsme ne m’intéressent pas : ils n’existent pas. Mais ces religions sont vécues par des individus qui, eux, sont par définition tous différents. Fin de la précision sur l’Islam (au singulier).

    Revenons sur la thèse de Badinter. A l’époque de la décapitation du Français par Da3esh, je disais déjà : « Que des Musulmans manifestent spontanément leur indignation devant les actes du Da3esh est tout à leur honneur. Qu’une société soit dans cette attente et l’exige pendant des semaines est tout à son horreur. » Je ne suis pas contre qu’un Musulman s’exprime comme musulman, mais je trouve odieux qu’on attende de lui qu’il le fasse. Toute l’année on lui refuse des droits spécifiques en temps que musulman parce qu’il est en République laïque, mais aujourd’hui on exigerait de lui un devoir ?! S’il s’exprime en tant que citoyen, c’est la moindre des choses. S’il le fait comme musulman, très bien. Mais je n’ai pas à attendre de lui qu’il le fasse autrement qu’en tant que citoyen. Sinon, on est dans une République laïque à deux vitesse. A-t-on demandé à tous les Catholiques de France de manifester contre les attaques des théâtres qui jouaient « Golgotha Picnic » par les intégristes catholiques ? Ou bien à tous les Juifs de France de manifester contre les slogans xénophobes et colonialistes des militants de la LDJ contre les arabes (13/07/2014) ? Ou bien aux Noirs de s’excuser pour les propos judéophobes de Dieudonné qui ne rate pas une occasion pour mettre en avant sa négritude ? Non. Alors qu’attend-on au juste des musulmans ?

    La religion n’a rieeeeeen à voir avec tout ce qui se passe aujourd’hui. Le problème est social. On ghettoïse, on ostracise, on discrémine, on suscite un sentiment de rejet. Ce qui pose problème, c’est le communautarisme, quelle que soit sa forme (religieuse, idéologique, politique…). Au lieu de perdre notre temps sur sa forme, attaquons-nous au fond : qu’est-ce qui fait que ces jeunes se sentent exclus de la société ? Coulibaly, en 2009, il était dans le bureau de Sarkozy à l’Élysée pour chercher du taf ! Il en aurait trouvé, il s’épanouirait… Il aurait attaqué l’épicerie ? Je ne crois pas. Idem pour Cheif Kouachi qui expliquait en prison qu’il était content d’avoir été arrêté, qu’il avait peur de partir en Irak. Qu’est-ce qui fait qu’il est retourné au communautarisme extrême, à la violence, à sa sortie de prison ?

    Les religions, l’Islam dans le cas qui nous préoccupe, c’est un miroir aux alouettes. Laissons les musulmans tranquilles…

  6. Tao, tu écris »mais aujourd’hui on exigerait de lui un devoir ?!  » ; je ne crois pas qu’il y ait une exigence. Tu écris plus haut « Accompagné d’Abdennour Bidar, ils ont encouragé les musulmans vivant en France à se mobiliser en masse samedi. », et je partage à double titre :
    – Ce sera positif si la diversité citoyenne est présente, et montre bien que les assassins n’ont aucune légitimité, n’ont aucune cause noble. Le message est très très important en particulier vers les collégiens et lycéens. Tous ceux qui peuvent ont à jouer un rôle, faire de la pédagogie, mettre de l’huile dans les rouages de notre société complexe.
    – Il faut du courage à beaucoup de gens pour s’afficher dans une manifestation sur l’espace public. Pour moi c’est simple, et j’y trouve du plaisir, cela me nourrit ! Pour toi, j’imagine que ce doit être assez facile. Ce ne l’est pas pour tous, et les encourager n’est pas inutile.

    • Les encourager, mais ce n’est que mon point de vue, est une résurgence paternaliste, voire colonialiste envers les musulmans : « Il faut les encourager, car cette catégorie spéciale de citoyen n’en aura jamais l’idée seule… » Ne faisons pas insulte à leur intelligence, laissons-faire tous les citoyens, même les Musulmans ! (si, si…) Et ayons conscience que « l’encouragement », en langue de bois diplomatique, ça traduit « l’exigence de ».

      PS : Moi, (toujours et malgré tout) grand admirateur d’Onfray, précise ici que je ne partage pas du tout son analyse qu’il donne dans les médias depuis quelques jours, notamment dans le Point, mais pas que.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :