Qu’attendre du GODF au lendemain des attentats ?

A la suite de mon article de dimanche « Aujourd’hui, je n’étais pas à la marche citoyenne, j’étais en Loge« , j’ai reçu comme il m’arrive de temps en temps un message d’un lecteur dans lequel il me posait plusieurs questions. J’ai trouvé qu’il serait plus interessant de partager mes réponses dans un article. Le lecteur étant d’accord c’est que je vais faire maintenant.
Voici le message qui m’a été adressé.

Bonjour Guizmo,

Il me semble te l’avoir déjà dit, je ne suis pas maçon. Je lis néanmoins avec intérêt les articles de ton blog ou les réactions du groupe Facebook (quand j’ai le temps malheureusement…).
Je me pose une question vois-tu. Au vu de la récente tragédie, tu dis que tu as été en loge pour travailler.

Ainsi, quelle serait ainsi la place de la FM dans la réponse à apporter aux différents récents événements ?
Cette question me paraît importante, et ce pour plusieurs raisons. D’abord, ça rejoint notre conversation de la dernière fois sur la visibilité de la FM : cela ne serait pas clivant de vouloir appuyer sur les résultats de vos travaux en loge ? Je veux dire, je sais que certains frères et sœurs estiment ne pas avoir à se montrer médiatiquement. Historiquement, notamment avec l’affaire des fiches, n’est-ce pas un peu compliqué d’essayer de revenir plus en avant ?
Ensuite, la FM sociétale n’est pas une vision partagée par tous si je me trompe : n’est-ce pas alors normal et logique de ne pas avoir plus de réactions en bloc ?

Enfin, par quels biais les obédiences peuvent elles se faire entendre ? Tu explicites la problématique assez bien dans ton article je trouve : par des conférences ? Ne risque-t-on pas ensuite de taxer les maçons de récupération politique ? Par des rapports ? Même si je sais qu’ils sont tous accessibles, me manquent-ils pas de résonance (mais ça rejoint encore la première problématique liée à ma question initiale) ? Par d’autres moyens ?
Pour résumer, quand tu dis dans ton article qu’il n’y a pas de rapport entre « Comment être Franc-Maçon après le 7 Janvier ? » et la situation actuelle, je ne suis pas d’accord (mais je ne suis pas maçon là encore). En effet, je pense que cela pourrait permettre peut être aux sœurs et frères de se positionner : qu’est-ce qu’être maçon, que puis-je faire pour essayer d’améliorer les maux sociétaux ?

Au plaisir de te lire,

Tout, d’abord, j’aimerais te remercier pour ce message qui apporte beaucoup de réflexions intéressantes. C’est à travers des échanges de ce type, qui permettent une remise en question permanente, que l’on avance le plus.
Tu t’interroges tout d’abord sur la place de la FM dans la réponse à apporter aux différents évènements récents. Dans un premier temps, je dois préciser que je suis membre du Grand Orient de France, une Obédience qui n’hésite pas à s’emparer de sujets de société. Nous considérons, en tous cas je considère, que la méthode maçonnique consistant à travailler avec des symboles, un rituel, et une approche analogique, nous apprend, au fil du temps, à aborder une question sous un angle peut-être différent de l’angle d’attaque « habituel ». Cette approche sociétale n’est pas partagée par tous, il y a des Obédiences qui ne travaillent que sur des sujets symboliques et qui s’interdisent de parler d’autre chose. Donc évidemment, ce que je vais dire ne concerne pas la Maçonnerie dans son ensemble, mais ce que JE pense etre le role d’une Obédience comme le GODF dans notre société, au lendemain des terribles tragédies que nous avons connues la semaine dernière.
Comme je le disais à l’instant, ce que peut apporter, à mon sens, la maçonnerie dans le débat actuel, c’est une approche différente d’un problème, une réflexion qui n’aura pas eu lieu au sein d’un parti politique, ou d’un Think Tank, qui réunit le plus souvent des gens déjà d’accord, mais qui aura eu lieu entre personnes de tout bord, de classes sociales différentes, qui se rassemblent autour de valeurs communes, humanistes et républicaines. Le GODF rassemble autour de 45000 membres, autant de voix qui peuvent se mêler, se croiser, s’enrichir, et qui constituent de ce fait un gigantesque laboratoire d’idées. C’est ce que nous faisons d’ailleurs tous les ans puisqu’il est demandé à chaque Loge de traiter un certain nombre de questions « imposées » qui feront ensuite l’objets de synthèses diffusées en dehors du temple, accessibles à tous.

En Maçonnerie, nous ne travaillons pas « à chaud ». On considère en général que les réponses trop rapides sont guidées par des émotions encore fraiches, nos passions, qui nous éloignent de la raison. On pense donc avec un temps de décalage et c’est pourquoi je dirais qu’il ne faut rien attendre, là tout de suite, par rapport aux évènements de la semaine dernière. C’est trop tot pour en parler. Cela ne nous empêche pas pour autant, comme l’a organisé le GODF cette semaine, de proposer des rencontres impromptues entre journalistes, sociologues, Politiques, ou responsables de Cultes. Cela prouve au contraire la réactivité du GO et la volonté de s’emparer du débat, de creer du dialogue, d’agiter des idées.
Pour ne rien te cacher, les questions relatives à la lutte contre l’Obscurantisme, au role de l’Education dans la prévention de l’extrémisme, et d’autres, sont des questions qui circulent déjà en Loge. Nous n’avons pas attendu les attentats pour commencer à travailler sur ces sujets, et heureusement !

Tu t’interroges sur le fait de se montrer. Là, il n’y a qu’une seule règle qui vaille : chacun est libre de faire ce qu’il veut, de se dévoiler ou non. Lorsque l’on veut communiquer une idée que l’on a travaillée en loge avec les autres membres de l’atelier, nous ne sommes pas obligés de le faire avec notre tablier. Si une idée est bonne, elle est bonne, qu’elle soit estampillée « FM » ou pas. Je ne suis pas non plus contre le fait de diffuser des idées avec le tampon « FM ». Certains le sont, moi non, car j’estime que l’on peut tout à fait être fier du travail réalisé en Loge, et s’affirmer en tant que maçon. Oui, nous ne sommes jamais à l’abris d’une nouvelle affaire des fiches, un jour, mais ce n’est pas non plus en nous cachant que les gens qui connaissent mal la maçonnerie, voir qui vivent dans des clichés anti-maçonniques, changeront leur opinion sur nous. Donc personnellement, j’aurais tendance à pousser pour que l’on diffuse, le plus largement possible, nos travaux, sans nous cacher. Encore une fois, c’est quelque chose que nous faisons, mais assez mal, il faut le reconnaitre. Nous avons des conférences filmées avec de grands intervenants qui restent introuvables, des synthèses de travaux, de commissions, qui restent trop peu partagées, il y a je crois un effort à faire de ce coté là. Ce que j’exprimais dans mon article, et ce en quoi je crois vraiment, c’est que ce n’est pas de nous que l’on doit parler, mais de la société et de ceux qui la composent. Il y a le temps pour parler de Maçonnerie, pour s’ouvrir au Monde afin de changer quelques idées préconçues, quelques clichés, mais en ce moment, il y a plus urgent. C’est pour cela que je me suis un peu dressé face au titre de cette conférence. D’ailleurs, finalement, je crois que je ne m’étais pas trompé car il n’a pas été question du tout du fait d’etre maçon après le 7 Janvier. Il n’a été question que de la monté de l’Obscurantisme, de comment nous avons pu en arriver là, de ce que nous devions, tous, pas seulement les maçons, mais les Français, les citoyens, qui refusons en bloc l’Obscurantisme et l’Extremisme, de ce que nous pourrions ou devions faire. Une grande partie du débat, d’après le compte rendu de François Koch, a été consacré à la questions des Musulmans et de la Laicité en France.

Au niveau de la diffusion, il y a beaucoup de choses à imaginer, des émissions de radio, de télévision, l’utilisation des réseaux sociaux (on y vient). On est un peu à la traine à ce niveau, il existe des emissions de télévision Catholiques, Protestantes, Musulmanes, mais rien sur les Spiritualités Laïques ou la Franc-Maçonnerie. Pourquoi ? On peut se poser la question.

Par contre, et je terminerai par là, je crois qu’il y a un petit contre sens lorsque l’on parle de la diffusion des idées de la Maçonnerie. C’est quelque chose qui n’existe pas, enfin si, dans la tete de nos détracteurs. Le GODF peut organiser des conférences, diffuser des vidéos, et meme des synthèses de travaux, cela ne représentera pas LA pensée de l’Obédience (je précise hein, pour que l’on ne me dise pas que j’associe le GO a la maçonnerie dans son ensemble). Comme je le disais, la Loge, et a fortiori l’Obédience, sont des laboratoires d’idées, c’est à dire que tout le monde apporte sa réflexion, la partage avec les autres, la fait évoluer, ou pas, repart avec de nouvelles idées, de nouveaux outils pour l’affuter, mais repart avec la sienne. Nous n’avons pas de vote à la fin du débat pour dire « nous, maçons du GO, nous nous positionnons comme ça sur tel sujet ». Ca n’existe pas. C’est important car lorsque l’on parle de la diffusion des idées de la Maçonnerie, en réalité nous parlons de la diffusion des idées des Maçons, qui partagent une méthode, un rituel, et des valeurs, mais certainement pas les memes conclusions sur les questions qui nous animent. D’ailleurs si on lit une synthèse de travaux autour d’un sujet, il y a souvent différents points de vue, qui se respectent, qui permettent de s’interroger mutuellement.

La diffusion des idées de la Maçonnerie se fait par les actions de chaque maçon, individuellement. Certains parleront à leur famille, d’autres a leur entourage, d’autres au travers d’un Blog, d’une Page Facebook, ou de Podcasts, d’autres encore organiseront ou participeront à des conférences. Certains le feront en tant que maçon, d’autres non, seul ou à travers des associations, des partis, etc…
Ce que l’on peut espérer, c’est que toutes ces idées se rejoignent sur quelques points : la défense de la Liberté, de l’Egalité, de la Fraternité, de la Tolérance, de la Liberté absolue de conscience, de la Laicité, mais meme là, chacun apportera des nuances, et c’est finalement ça qui fait la richesse de la démarche.

logo-godf

Publicités


Catégories :Chroniques

Tags:,

5 réponses

  1. Cet article fait la lumière sur pas mal de choses. On a ici la vision d’un frère du GO, première obédience de France : les sujets sociétaux abordés permettent à ce que je vois aux frères de faire de la vie profane la continuité du travail en loge.

    Néanmoins, ce que je trouverais intéressant, c’est aussi la vision d’obédiences strictement symboliques (comme OITAR, GLDF,…) sur ce genre de sujets. Si les symboles et rites sont les outils et la société la pierre brute, je me demande alors pourquoi ne pas la tailler en loge. Je suppose cependant que la réponse qui me serait apportée serait celle en filigrane dans ton article : il y a continuité entre la vie avec et sans tablier, y compris dans les obédiences purement symboliques. Mais, comme tu l’écris dans ton article, la loge est un merveilleux laboratoire d’idées, pourquoi alors s’en priver dans certaines obédiences ? (pas taper, je suis profane)

    Dans ton article, tu insistes sur la mauvaise visibilité du travail du GODF (et encore, pour avoir un peu cherché le boulot des autres obédiences comme celui du DH, je trouve que le GO est le moins mal loti, comme Pierre). Je suis d’accord avec toi, même si des efforts sont faits dans ce domaine, du chemin reste à faire. Pour autant, et cette question va rejoindre le fait que tu dises qu’il ne faut pas avoir peur de diffuser les idées « estampillées FM », n’y-a-t-il pas un risque de se voir opposer un blocage des propositions dès qu’on évoque la FM ? Avec le climat ambiant en France, il me semble possible qu’on puisse disqualifier des raisonnements uniquement parce que officiellement sortis des loges. Mais je suis peut être un peu pessimiste peut être…

  2. Alors deja, il faut savoir que cette interdiction, par exemple pour la GLDF, de traiter de sujets de societe en loge est « recente ». Avant, la GLDF etait l’Obedience societale par definition. Il faudrait un Historien plus calé que moi pour expliquer la transition qui s’est opérée, j’avoue ne pas savoir. Pour les membres de la GLDF, par exemple, le travail en Loge est consacre exclusivement a son amelioration personnelle. Ensuite, a l’exterieur, ce travail que l’on a fait sur soi est mis au profit des reflexions que l’on peut avoir sur tous les sujets qui nous interessent.
    La seule difference, finalement, c’est l’endroit ou l’on parle des choses. D’ailleurs la GLDF a developpe un Think Tank pour pouvoir aborder des sujets de societe.
    Je pense que tu es un peu pessimiste, la FM a ses detracteurs, bien sur, notamment dans les milieux complotistes, mais la plupart des gens ne connaissent pas ou tres peu nos activites, et je ne crois pas qu’il y aurait un tel blocage.
    La discrétion des macons est finalement assez recente, et date de la Guerre, peut etre est-il temps de revoir cela, je ne sais pas.
    En tous cas, disqualifier une idee sur la base qu’elle provient d’un macon, ou d’un travail effectue en Loge, ca me semble quand meme extreme.

  3. Je voudrais tout d’abord féliciter et remercier Guizmo de ne pas être tombé dans le piège dans lequel tombent pourtant parfois certaines des plus hautes personnalités de son obédience. Le titre et le contenu de cet article n’engagent en effet pas « la » Franc-Maçonnerie mais recentrent le débat sur le GODF. C’est louable. Vraiment.

    Je suis simple membre d’une autre famille maçonnique qui s’appelle l’OITAR. A mon avis, et dans l’esprit des fondateurs de notre ordre, la Franc-Maçonnerie telle que nous la vivons – ou devrions la vivre – n’a absolument aucun rôle direct à jouer dans le débat politique parfois pudiquement qualifié de « sociétal ». En somme, dans le débat public. Quelque soit le contexte. Même extrême comme la semaine passée. Selon la vision défendue par l’OITAR, la Franc-Maçonnerie est une méthode qui doit mener au perfectionnement personnel et à l’amélioration collective. Elle doit donc perfectionner ses adeptes (action directe) qui, si c’est réussi, amélioreront la société en tant que citoyens lambda (action indirecte). C’est pourquoi, même dans le contexte actuel, je suis gêné et choqué que l’OITAR soit cosignataire d’appels ou de communiqués divers et variés. Nos constitutions nous l’interdisent pourtant ! Cette prise de position n’engage que moi et en aucun cas l’ordre. Notamment parce que, justement… l’ordre ne peut normalement pas s’engager !

    Cette intervention est là pour témoigner des différences de visions que la Franc-Maçonnerie véhicule en fonction des organisations qui s’en réclament, ainsi que du débat qui peut exister au sein même de ces dernières.

    PS : pour répondre aux interrogations dans les commentaires, je pense quant à moi que le meilleur moyen de lutter contre l’antimaçonnisme, c’est non pas de travailler à l’ombre sur des sujets qui concernent tout le monde pour les diffuser ensuite avec un tampon « FM » (quelle que soit l’obédience) sans nom ni visage. Je préfère, quant à moi, me dévoiler dès que je sens que c’est possible. C’est-à-dire principalement dans ma famille ou auprès de mes amis. Mettre un visage sur ces unes lamentables des hebdos français (Le Point, L’Express, Le Nouvel Obs…) est toujours plus efficace que de diffuser un document sans nom ni visage. Montrons le nôtre autant que possible (ce qui ne veut pas dire « se mettre en danger en le criant sur tous les toits » ;o)

  4. Un an après le billet de Guizmo est toujours d’actualité (hélas pour le contexte). N’ayant pas de dogme,la FM ne peut intervenir directement pour affirmer telle ou telle chose qui serait profondément originale.Il s’agit de travail sur soi et de perfectionnement de l’individu (au sein d’un groupe) qui lui permette d’être une meilleure personne et un meilleur citoyen dans la Société.
    Petite précision,la GLdF n’interdit aucun sujet de discussion mais ceux qui concernent la politique et la religion ne doivent pas tourner à la controverse ni donner lieu à vote afin de respecter les convictions de chacun.
    Dans les pays latins et ceux où règnent les dictatures les FM ont été et sont toujours sous la menace de
    mauvais traitements au gré des pouvoirs en place ce qui explique leur méfiance.
    Dans les pays anglo-saxons GB,USA etc ils ne se cachent nullement,au contraire et leurs activités philanthropiques sont bien connues.

Rétroliens

  1. La Revue Hebdomadaire du Web Maçonnique| GADLU.INFO | Masoneria357

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :